MESSAGE : L’accès au forums court terme de bourse-maroc.org est actuellement réservé aux seuls membres actifs

Demandes : bourse.maroc@gmail.com

Partagez
Aller en bas
madex
Nbre méssages : 1676
Inscris le : : 16/11/2008

Re: Affaire Med Paper : Sanctions contre la famille Sefrioui

le Sam 14 Mar 2015 - 14:32
Alors qu’elle possédait 58% du capital, la famille Sefrioui n'en contrôle plus que 27%. Les ventes opérées sur le marché ont alerté le CDVM qui a mené une enquête et découvert le pot aux roses. Aujourd’hui, la CDG est de loin le plus important actionnaire.
Il y a comme un nouveau parfum de scandale qui plane au niveau de la Bourse de Casablanca. Les actionnaires majoritaires ont vendu progressivement leurs titres au nez et à la barbe du marché. La famille Sefrioui, qui possédait 58% du capital de Med Paper, a cédé plus de la moitié de sa participation, mais les derniers franchissements de seuil n’ont pas été communiqués au CDVM. Aujourd’hui, les quatre membres de la famille, à savoir, d’une part Mohsin, Mohamed Fouad et Ilham Sefroui et, d’autre part Habiba Bennani, ne possèdent plus que 27,35%, affirme le Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM) dans un communiqué rendu public hier en fin de soirée.
 
Sanctions du CDVM
"Suite aux manquements relevés, le CDVM a décidé d’ouvrir une procédure de sanction à l’encontre des personnes concernées, et ce conformément aux dispositions légales et réglementaires en vigueur", souligne le communiqué.
Le gendarme de la Bourse explique que  "contrôles menés sur des transactions  portant sur les actions Med Paper ont révélé plusieurs cessions effectuées par certains membres de la famille Sefrioui, actionnaires majoritaires de la société, ayant entraîné des franchissements de seuil de participation à la baisse dans le capital de Med Paper". Et d’ajouter que : "Suite aux actions entreprises par le CDVM, les actionnaires concernés, à l’exception de Mme Habiba Bennani, ont adressé les déclarations qui leur incombent, dont la dernière en date du 6 mars 2015".
 
Des ventes "concertées"
Dans les détails, Mohsin Sefroui a vu sa participation passer de 20,95% à 18,18%  et aurait dû déclarer avoir franchi le seuil de 20%, comme le prévoit la loi 1-93-211. Mohamed Fouad n’a pas non plus communiqué avoir fait baisser ses actions de 11,91% à 4,20%, oubliant ainsi les seuils de 10% et 5%. Habiba Bennani, qui possédait 6,55% aux dernières nouvelles, ne détient plus que 4,42%. Quant à Ilham Sefroui, elle a vendu la quasi-totalité de ses 5,58%. Deux autres membres de la famille Sefrioui, à savoir Afifa et Amina, figuraient parmi les actionnaires avec respectivement 5,23% et 4,53%. Mais désormais, leur nom n’est plus cité par la CDVM à côté des détenteurs de titres.
 
Sur 1 MDH, il ne reste plus que 150.000 DH
Il faut dire que la famille a perdu une fortune avec Med Paper. En effet, le cours de l’action est passé de 133 dirhams en 2009 à 19,8 dirhams. Sur chaque million de dirhams qu’elle possédait en 2009, il ne lui reste que 150.000 dirhams. Cette dégringolade du cours est une sanction logique du marché, suite à la dégradation des résultats de Med Paper. En fait, on ne se rappelle même plus quand la société a réalisé son dernier bénéfice. Ces six dernières années, elle a affiché des déficits variant entre  22 et 60 millions de dirhams, tous les ans.
 
Conséquences: changement à la tête ?
Par ailleurs, il est important de souligner que cette enquête du CDVM aura d’autres conséquences. En effet, la CDG, à travers sa filiale CDG développement, est de loin l’actionnaire le plus important avec 36% du capital. Par conséquent, elle peut demander à prendre le contrôle de la société. Du coup, Mohsine Sefrioui pourrait perdre son poste de PDG.



Pa

fadel
Nbre méssages : 1950
Inscris le : : 22/11/2008

Re: Affaire Med Paper : Sanctions contre la famille Sefrioui

le Sam 14 Mar 2015 - 15:27
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Alors qu’elle possédait 58% du capital, la famille Sefrioui n'en contrôle plus que 27%. Les ventes opérées sur le marché ont alerté le CDVM qui a mené une enquête et découvert le pot aux roses. Aujourd’hui, la CDG est de loin le plus important actionnaire.
Il y a comme un nouveau parfum de scandale qui plane au niveau de la Bourse de Casablanca. Les actionnaires majoritaires ont vendu progressivement leurs titres au nez et à la barbe du marché. La famille Sefrioui, qui possédait 58% du capital de Med Paper, a cédé plus de la moitié de sa participation, mais les derniers franchissements de seuil n’ont pas été communiqués au CDVM. Aujourd’hui, les quatre membres de la famille, à savoir, d’une part Mohsin, Mohamed Fouad et Ilham Sefroui et, d’autre part Habiba Bennani, ne possèdent plus que 27,35%, affirme le Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM) dans un communiqué rendu public hier en fin de soirée.
 
Sanctions du CDVM
"Suite aux manquements relevés, le CDVM a décidé d’ouvrir une procédure de sanction à l’encontre des personnes concernées, et ce conformément aux dispositions légales et réglementaires en vigueur", souligne le communiqué.
Le gendarme de la Bourse explique que  "contrôles menés sur des transactions  portant sur les actions Med Paper ont révélé plusieurs cessions effectuées par certains membres de la famille Sefrioui, actionnaires majoritaires de la société, ayant entraîné des franchissements de seuil de participation à la baisse dans le capital de Med Paper". Et d’ajouter que : "Suite aux actions entreprises par le CDVM, les actionnaires concernés, à l’exception de Mme Habiba Bennani, ont adressé les déclarations qui leur incombent, dont la dernière en date du 6 mars 2015".
 
Des ventes "concertées"
Dans les détails, Mohsin Sefroui a vu sa participation passer de 20,95% à 18,18%  et aurait dû déclarer avoir franchi le seuil de 20%, comme le prévoit la loi 1-93-211. Mohamed Fouad n’a pas non plus communiqué avoir fait baisser ses actions de 11,91% à 4,20%, oubliant ainsi les seuils de 10% et 5%. Habiba Bennani, qui possédait 6,55% aux dernières nouvelles, ne détient plus que 4,42%. Quant à Ilham Sefroui, elle a vendu la quasi-totalité de ses 5,58%. Deux autres membres de la famille Sefrioui, à savoir Afifa et Amina, figuraient parmi les actionnaires avec respectivement 5,23% et 4,53%. Mais désormais, leur nom n’est plus cité par la CDVM à côté des détenteurs de titres.
 
Sur 1 MDH, il ne reste plus que 150.000 DH
Il faut dire que la famille a perdu une fortune avec Med Paper. En effet, le cours de l’action est passé de 133 dirhams en 2009 à 19,8 dirhams. Sur chaque million de dirhams qu’elle possédait en 2009, il ne lui reste que 150.000 dirhams. Cette dégringolade du cours est une sanction logique du marché, suite à la dégradation des résultats de Med Paper. En fait, on ne se rappelle même plus quand la société a réalisé son dernier bénéfice. Ces six dernières années, elle a affiché des déficits variant entre  22 et 60 millions de dirhams, tous les ans.
 
Conséquences: changement à la tête ?
Par ailleurs, il est important de souligner que cette enquête du CDVM aura d’autres conséquences. En effet, la CDG, à travers sa filiale CDG développement, est de loin l’actionnaire le plus important avec 36% du capital. Par conséquent, elle peut demander à prendre le contrôle de la société. Du coup, Mohsine Sefrioui pourrait perdre son poste de PDG.




Pa



Encore une épine dorsale de plus dans la CDG qui est sensée gérée nos pensions comme un bon père de famille....
avatar
aboulkacim
Nbre méssages : 866
Réputation : 6
Inscris le : : 05/09/2011

Re: Affaire Med Paper : Sanctions contre la famille Sefrioui

le Sam 14 Mar 2015 - 16:47
Bjr tlm

La Bourse des SCANDALES financiers et de l’impunité.
A mon humble avis, les S. sortiront de ce scandale avec une amende de 10.000 DH à 50.000 DH par infracteur et merci « la justice pour tous ».
Pourquoi ? Parce que la fameuse loi qui régit les sanctions de ce genre, élaborée d’ailleurs par le CDVM, lie les mains de la justice. Remarquez dans les textes de loi ci-après, que TOUJOURS, c’est le CDVM qui oriente les sanctions à prononcer par le Tribunal en s’érigeant en officier judiciaire qui verbalise les constats exactement comme dans le cas des situations de crime : la motivation des faits et constats à signaler sur le PV constitue la sentence qui n’attend que d’être confirmée par le président du tribunal compétent.   
En d’autres termes et pour un même délit:
1-     Pour le public, la sentence serait sévère : les max. de peine d’emprisonnement et d’amende ;
2-     Pour les amis notables et influents : une petite amende suffirait de montrer que la loi est applicable dans ce bled pour la protection des épargnants et investisseurs en bourse.
A vous d’en juger. On comprendra pourquoi, la fraude continue et se multiplie au vu et au su de tout le monde sans crainte des sanctions juridiques sévères à la hauteur des crimes commis.

Voici les articles se rapportant aux sanctions prévues par la LOI N° 1-93-212 DU 21 SEPTEMBRE 1993 RELATIF AU CDVM ET AUX INFORMATIONS EXIGEES DES PERSONNES MORALES FAISANT APPEL PUBLIC A L’EPARGNE (MODIFIE ET COMPLETE PAR LA LOI 23-01, LA LOI 36-05 ET LA LOI 44-06) :

Article 25 :Toute personne disposant, dans l' exercice de sa profession ou de ses fonctions, d'informations privilégiées et qui les aura utilisées pour réaliser ou permettre sciemment de réaliser sur le marché, soit directement, soit par personne interposée, une ou plusieurs opérations, sera punie d'un emprisonnement de trois mois à deux ans et d' une amende pouvant atteindre de quintuple du profit éventuellement réalisé, sans qu'elle puisse être inférieure à 200.000 dirhams, ou de l' une de ces peines seulement.
On entend par information privilégiée, toute information relative à la marche technique, commerciale ou financière d’un émetteur ou aux perspectives d’évolution d’une valeur mobilière, encore inconnue du public et susceptible d’affecter la décision d’un investisseur.
Est puni des mêmes peines que celles prévues à l’alinéa 1er du présent article toute personne, autre que celle visée au même alinéa, possédant en connaissance de cause des informations privilégiées sur les perspectives ou la situation d’une société dont les titres sont cotés à la Bourse des valeurs ou sur les perspectives d’évolution d’une valeur mobilière, qui réalise ou permet de réaliser, directement ou indirectement, une opération ou communique à un tiers des informations, avant que le public ait connaissance de ces dernières… …..

Article 25-3 : Le président du tribunal de commerce compétent peut, sur demande motivée du C.D.V.M, prononcer en sa qualité de juge des référés, une ordonnance de mise sous séquestre en quelque main qu'ils se trouvent, des fonds, valeurs, titres, droits ou tout autre document ou élément matériel appartenant aux personnes contrôlées par le CDVM.
Il peut également ordonner en sa qualité précitée, sur demande motivée du CDVM, que ces personnes soient astreintes à consigner une somme d'argent dont il fixe le montant et le délai de consignation.

Article 25-4 : Lorsqu’une infraction aux dispositions du présent texte, ou des législations visées à l’article 4-1 ci-dessus, est de nature à porter atteinte aux droits des épargnants ou au fonctionnement des marchés de valeurs mobilières, le président du tribunal de commerce compétent peut, sur demande motivée du C.D.V.M, ordonner en sa qualité de juge des référés à la personne qui en est responsable de se conformer auxdites dispositions, de mettre fin à l’irrégularité ou d’en supprimer les effets.
Le président du tribunal de commerce compétent peut également en sa qualité précitée, sur  demande motivée du CDVM, prendre toute mesure conservatoire nécessaire à garantir l’exécution de l’ordonnance qu’il a prononcée.

Article 25-5 :  Le président du Tribunal de commerce compétent, peut, sur demande motivée du CDVM, ordonner dans un délai maximum de 15 jours à compter de sa saisine, la récusation du ou des commissaires aux comptes désignés par l’assemblée générale d’une société faisant appel public à l’épargne et d’organismes de placement collectif en valeurs mobilières. Ledit président ordonne également la désignation, conformément à la législation en vigueur, du ou des commissaires qui doivent assumer le remplacement.

Article 26 : Toute personne qui aura sciemment répandu dans le public par des voies et moyens quelconques des informations fausses ou trompeuses sur les perspectives ou la situation d'un émetteur de titres ou sur les perspectives d'évolution d'une valeur mobilière, de nature à agir sur les cours ou, de manière générale, à induire autrui en erreur, sera passible d'un emprisonnement de trois mois à deux ans et d' une amende de 10.000 à 500.000 dirhams ou de l' une de ces deux peines seulement.
Le montant de cette amende pourra être porté jusqu'au quintuple du montant du profit éventuellement réalisé, sans qu'il puisse être inférieur à ce même profit.
 Sera punie des mêmes peines que celles prévues au présent article toute personne qui,  directement ou par personne interposée, aura sciemment exercé ou tenté d’exercer sur le marché d’une valeur mobilière une manœuvre ayant pour objet d’agir sur les cours ou, de manière générale, d’entraver le fonctionnement régulier du marché en induisant autrui en erreur.

Article 27 : Le profit éventuellement réalisé au sens des articles 25 et 26 du présent dahir portant loi s'entend comme la différence entre le prix auquel l’opération initiale a été faite et le cours moyen du titre constaté pendant les quinze jours de bourse suivant soit la diffusion de l’information privilégiée soit la rectification des informations fausses ou trompeuses.

Pour mémoire, voici une liste de sanctions dont le CDVM se vante d'exécuter:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Le pire ennemi du trader, c'est lui même!
abk1
Nbre méssages : 3479
Réputation : 16
Inscris le : : 30/10/2009

Re: Affaire Med Paper : Sanctions contre la famille Sefrioui

le Sam 14 Mar 2015 - 17:46
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
moha1000
Nbre méssages : 351
Réputation : 0
Inscris le : : 06/08/2010

Re: Affaire Med Paper : Sanctions contre la famille Sefrioui

le Sam 14 Mar 2015 - 18:53
Le constat général : tout ce qui appartient aux milliardaires marocains est 
en faillite boursière , ADH , MDP , SNEP , ADI .(sefrioui ,chaabi ,lazrak ) .
Les BENJELOUN ,CHEKROUN et ALAMI resistent pour l'instant ,mais les résultat de BMCE , ATLANTA , SAHAM seront décisif
avatar
alpha74
Modérateur
Modérateur
Nbre méssages : 3872
Humeur : tranquil
Réputation : 19
Inscris le : : 01/12/2008

Re: Affaire Med Paper : Sanctions contre la famille Sefrioui

le Sam 14 Mar 2015 - 20:04
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:mdp: c'est non éthique. mais la famille faisant ses calculs, elle a soit:

1 attendre la faillite et tout perdre;
2- récupérer un peu d'argent en acceptant de payer les sanctions du cdvm

cela peut être critiquée, mais difficile d’être un saint en regardant vos investi s'evaporer






Mr Le gaucher avec tous mes respects ton raisonnement ne tient pas debout :

tu defends les sefrioui pour avoir ceder des actions nominatives sur le marché alors que le marché ne traite que des actions au porteur ... qu'en est il de l'argent public investit dans la CDG , hadouk m3alich peu importe que la CDG perde des milliards on s'en fout  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] , j'avais posé la question lors de l'AG en attirant l'attention que le  flottant ne cesse d'augmenter , lorsque j'ai posé la question aux admin de la CDG , en leur disant ... " est ce qu'il se peut que c'est la CDG qui vend " ... ils m'ont repondu ... "  mais monsieur ca ne va pas , on ne peut pas faire ca .. mais quand meme ... d'un air un peu furieux tout regardant dans la direction du PDG qui avait l'air de s'en foutre éperdument....

PS : le Maroc n'est pas une republique bananiere , c'est un Pays d'institution et sa justice est souveraine elle ne repond pas aux humeurs politiques du moment  , quelle image on donne a nos bailleurs de fond ? , aux instances internationales , aux investisseurs en general ?
avatar
alpha74
Modérateur
Modérateur
Nbre méssages : 3872
Humeur : tranquil
Réputation : 19
Inscris le : : 01/12/2008

Re: Affaire Med Paper : Sanctions contre la famille Sefrioui

le Sam 14 Mar 2015 - 20:14
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

@ Bayemar , tu te prends maintenant pour un juge ? , en trouvant des circonstances atténuantes a ce crime financier sans aucune mesure et qui restera gravé dans les annales du marché boursier marocain ... un peu de sérieux ... tu oublies l'epargne publique investit a travers la CDG et l'epargne des petits porteurs qui ont cru dans les communiqués financiers trompeux de cette societe ... iwa baz ... Mad Mad
avatar
alpha74
Modérateur
Modérateur
Nbre méssages : 3872
Humeur : tranquil
Réputation : 19
Inscris le : : 01/12/2008

Re: Affaire Med Paper : Sanctions contre la famille Sefrioui

le Sam 14 Mar 2015 - 22:14
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

C’est le cas de Med Paper, née de la fusion entre Safripac et Papelera de Tetuan et qui a hérité de l’introduction de cette dernière en Bourse en 1998. «Le comportement des administrations a changé, celui des banquiers aussi, facilitant par la même occasion les relations et les négociations», affirme Mohsine Sefrioui, président de Med Paper. Un résultat direct de la transparence et de la confiance que livrent les entreprises cotées, selon Ben Youssef.




Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]19 mai 2014 |




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]TRADUCTION , aidez moi SVP a quitter le navire moi et ma petite famille , avec l'aide precieux des gens de la bourse ... les rats quittent le navire  Razz Razz


une petite pensée pour nos amis les banquiers surtout la banque du cheval ... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par alpha74 le Dim 15 Mar 2015 - 19:11, édité 3 fois
avatar
alpha74
Modérateur
Modérateur
Nbre méssages : 3872
Humeur : tranquil
Réputation : 19
Inscris le : : 01/12/2008

Re: Affaire Med Paper : Sanctions contre la famille Sefrioui

le Sam 14 Mar 2015 - 22:16
encore une perle :

 «Entre 2008 et 2012, la moyenne des résultats des entreprises cotées a bondi de 33%», rappelle Ben Youssef. De quoi attirer l’attention de plus d’un investisseur.


Very Happy , MAIS ILS VIVENT SUR QUELLE PLANETE CES MESSIEURS  Laughing
La Ziz
Nbre méssages : 5
Réputation : 0
Inscris le : : 18/01/2015

Re: Affaire Med Paper : Sanctions contre la famille Sefrioui

le Dim 15 Mar 2015 - 0:09
une question, quand est ce que ces ventes ont commencé ?
avatar
autruch
Nbre méssages : 665
Réputation : 5
Inscris le : : 15/03/2013

Re: Affaire Med Paper : Sanctions contre la famille Sefrioui

le Dim 15 Mar 2015 - 4:12
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:une question, quand est ce que ces ventes ont commencé ?
depuis 2009 a des cours >150 dh
avatar
financier
Nbre méssages : 252
Réputation : 1
Inscris le : : 03/10/2013

Re: Affaire Med Paper : Sanctions contre la famille Sefrioui

le Dim 15 Mar 2015 - 5:26
un élément trés important  : il y a quelques années un pdg d'une société d'assurances a été épinglé après avoir fait acheter par la société qu'il dirige des actions lui appartenant en personne  détenues par des "prete noms'.
l'identité du ou des acheteurs de gros paquets de  med paper apportera encore plus de lumière sur cette affaire.
Contenu sponsorisé

Re: Affaire Med Paper : Sanctions contre la famille Sefrioui

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum