Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
mastafa
Nbre méssages : 1458
Réputation : 8
Inscris le : : 01/03/2017

Seance de lundi 23 octobre 2017

le Lun 23 Oct 2017 - 7:35
Salam mes amis
Bon début de semaine , je vous souhaite tout le succé du monde

_________________
not all that glitters is gold
avatar
Mak Mak
Nbre méssages : 1623
Réputation : 9
Inscris le : : 11/03/2016

Re: Seance de lundi 23 octobre 2017

le Lun 23 Oct 2017 - 8:57
Bon début de semaine à toutes et à tous !!

_________________
"Wanna irane loulou awr iggane died koullou"
avatar
bybourse
Nbre méssages : 727
Humeur : 5/5
Réputation : 0
Inscris le : : 18/12/2012

Re: Seance de lundi 23 octobre 2017

le Lun 23 Oct 2017 - 9:45

Zoom sur Jet Contractors

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Au mois d’août, nous avions déjà qualifié Jet Contractors de vedette estivale. Entre temps, la performance annuelle 2017 est passée de 52% à 141%, notamment grâce à la confirmation des bons résultats semestriels. Aussi, le cours de Jet Contractors, a triplé depuis le 24 juillet et la publication de la note d’information sur les BT. Enfin, Cap Mezzanine de CDG PE a cédé près de 10% du capital de Jet Contractors. 
En effet, cette note sur les BT, avait annoncé le remboursement d’une tombée de 50 MDH en 2017 ce qui a constitué un bon signal de disponibilité du cash. Par la suite, les résultats semestriels ont rassuré sur la dette avec un niveau bilantiel de 560 MDH ne représente plus que 1,2 fois l’EBITDA, sachant que l’encours de crédit-bail est de 234,6 MDH notamment à cause de l’opération 2015 de lease back du site Oued Ykkem (183 MDH). Ce lease-back est théoriquement adossé à des actifs réels.
Ensuite, les résultats ont été au rendez-vous car pour 2017 S1, le CA consolidé a atteint 661,8 MDH, en hausse de 44,7% en lien avec l'achèvement de certains chantiers. Dans le même sillage, l’EBE a explosé de 59,4% à 147,6 MDH, ce qui fait ressortir une marge de 22,3%. Aussi, le résultat d’exploitation a bondi de 86,6% à 125,8 MDH. In fine, la société a déjà dégagé un résultat net consolidé de 67,2 MDH contre 28,8 MDH en 2016 S1. De plus, pour l'exercice 2017 Jet Contractors prévoit un résultat net de 119 MDH (+228%) qui fait ressortir un P/E 2017e de 7,9, malgré la forte hausse du cours en Bourse. 
Par ailleurs, au niveau de la communication Jet Contractors a marqué des points en répondant à plusieurs critiques ou interrogations via la note d’information du 24 juillet. Ainsi, Jet Contractors a expliqué la stratégie de diversification par le souhait de se positionner de plus en plus dans la gestion de projets clé en main en TCE (Tout Corps d’Etat). Aussi, la multiplication des filiales se justifierait par la volonté de permettre à chaque société de se concentrer sur son cœur de métier. Enfin, l’existence de sociétés sœurs de Jet Contractors, permet de suivre l’évolution du marché en termes de besoins nouveaux, de produits, de prix pratiqués et de baisser les coûts de production.
Ces explications ont pu convaincre les investisseurs car sur le papier, Jet Contractors affiche un profil attractif avec un positionnement dans les métiers de la construction. Ainsi, en 2016, le CA est constitué à hauteur de 40% dans la construction, de 39% dans les Façades légères et semi légères, de 11% dans la Menuiserie bois et de 3% dans la Charpente métallique. Aussi, le public et le semi-public, représente 57% du CA en 2016. 
Pour notre part, si nous avons retiré Jet Contractors de notre liste des émetteurs à dette risquée, nous n’incluons pas la société dans notre portefeuille recommandé, principalement en raison de trois éléments. 
Le premier est celui de l’attente des mesures de restructuration, annoncées par la société. En effet, Jet a annoncé l’appui d’une banque d’affaires de renom pour la restructuration et la consolidation de la structure financière. En particulier, vu le modèle économique de Jet, une bonne assise financière permet en général, un bon avancement des chantiers et donc des encaissements des revenus. 
Ensuite, même si la sortie des Fonds de Private Equity fait partie de leurs business model, le désengagement de Cap Mezanine peut jeter un froid sur le parcours boursier du titre.
Enfin, la faiblesse du ratio P/E n’est pas un argument suffisant pour investir dans le titre car ce ratio paraît moins significatif pour Jet Contractors qui n’a pas de revenus récurrents mais doit alimenter en continu son carnet de commandes avec une exécution des travaux qui n’a pas forcément une fréquence annuelle. Pour rappel, au 30 juin 2017, Jet revendique un carnet de commandes de 1.989 MDH, dont 280 MDH à réaliser en Afrique. Ce niveau de commandes représente près de 18 mois de CA. 
abk1
Nbre méssages : 3382
Réputation : 15
Inscris le : : 30/10/2009

Re: Seance de lundi 23 octobre 2017

le Lun 23 Oct 2017 - 10:00
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:

Zoom sur Jet Contractors








[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Au mois d’août, nous avions déjà qualifié Jet Contractors de vedette estivale. Entre temps, la performance annuelle 2017 est passée de 52% à 141%, notamment grâce à la confirmation des bons résultats semestriels. Aussi, le cours de Jet Contractors, a triplé depuis le 24 juillet et la publication de la note d’information sur les BT. Enfin, Cap Mezzanine de CDG PE a cédé près de 10% du capital de Jet Contractors. 
En effet, cette note sur les BT, avait annoncé le remboursement d’une tombée de 50 MDH en 2017 ce qui a constitué un bon signal de disponibilité du cash. Par la suite, les résultats semestriels ont rassuré sur la dette avec un niveau bilantiel de 560 MDH ne représente plus que 1,2 fois l’EBITDA, sachant que l’encours de crédit-bail est de 234,6 MDH notamment à cause de l’opération 2015 de lease back du site Oued Ykkem (183 MDH). Ce lease-back est théoriquement adossé à des actifs réels.
Ensuite, les résultats ont été au rendez-vous car pour 2017 S1, le CA consolidé a atteint 661,8 MDH, en hausse de 44,7% en lien avec l'achèvement de certains chantiers. Dans le même sillage, l’EBE a explosé de 59,4% à 147,6 MDH, ce qui fait ressortir une marge de 22,3%. Aussi, le résultat d’exploitation a bondi de 86,6% à 125,8 MDH. In fine, la société a déjà dégagé un résultat net consolidé de 67,2 MDH contre 28,8 MDH en 2016 S1. De plus, pour l'exercice 2017 Jet Contractors prévoit un résultat net de 119 MDH (+228%) qui fait ressortir un P/E 2017e de 7,9, malgré la forte hausse du cours en Bourse. 
Par ailleurs, au niveau de la communication Jet Contractors a marqué des points en répondant à plusieurs critiques ou interrogations via la note d’information du 24 juillet. Ainsi, Jet Contractors a expliqué la stratégie de diversification par le souhait de se positionner de plus en plus dans la gestion de projets clé en main en TCE (Tout Corps d’Etat). Aussi, la multiplication des filiales se justifierait par la volonté de permettre à chaque société de se concentrer sur son cœur de métier. Enfin, l’existence de sociétés sœurs de Jet Contractors, permet de suivre l’évolution du marché en termes de besoins nouveaux, de produits, de prix pratiqués et de baisser les coûts de production.
Ces explications ont pu convaincre les investisseurs car sur le papier, Jet Contractors affiche un profil attractif avec un positionnement dans les métiers de la construction. Ainsi, en 2016, le CA est constitué à hauteur de 40% dans la construction, de 39% dans les Façades légères et semi légères, de 11% dans la Menuiserie bois et de 3% dans la Charpente métallique. Aussi, le public et le semi-public, représente 57% du CA en 2016. 
Pour notre part, si nous avons retiré Jet Contractors de notre liste des émetteurs à dette risquée, nous n’incluons pas la société dans notre portefeuille recommandé, principalement en raison de trois éléments. 
Le premier est celui de l’attente des mesures de restructuration, annoncées par la société. En effet, Jet a annoncé l’appui d’une banque d’affaires de renom pour la restructuration et la consolidation de la structure financière. En particulier, vu le modèle économique de Jet, une bonne assise financière permet en général, un bon avancement des chantiers et donc des encaissements des revenus. 
Ensuite, même si la sortie des Fonds de Private Equity fait partie de leurs business model, le désengagement de Cap Mezanine peut jeter un froid sur le parcours boursier du titre.
Enfin, la faiblesse du ratio P/E n’est pas un argument suffisant pour investir dans le titre car ce ratio paraît moins significatif pour Jet Contractors qui n’a pas de revenus récurrents mais doit alimenter en continu son carnet de commandes avec une exécution des travaux qui n’a pas forcément une fréquence annuelle. Pour rappel, au 30 juin 2017, Jet revendique un carnet de commandes de 1.989 MDH, dont 280 MDH à réaliser en Afrique. Ce niveau de commandes représente près de 18 mois de CA. 
vous avez beaucoup de talent dans la rédaction!!!
lorsque vous ne citez pas de source, on suppose que l'article est a vous.
paoula
Nbre méssages : 99
Réputation : 2
Inscris le : : 19/09/2011

Re: Seance de lundi 23 octobre 2017

le Lun 23 Oct 2017 - 10:15
Mr Abk1 l article n est pas a lui mais à une société de bourse ou un fonds d investissement . Lis le paragraphe "Pour notre part....". 
En tout merci pour le partage Mr Bybourse, il fallait juste spécifier la source
avatar
bybourse
Nbre méssages : 727
Humeur : 5/5
Réputation : 0
Inscris le : : 18/12/2012

Re: Seance de lundi 23 octobre 2017

le Lun 23 Oct 2017 - 10:21
On dirait que le marché est sous le choc des déclarations du Minable Ministre algérien !
avatar
Pelican
Nbre méssages : 15933
Humeur : En construction
Réputation : 68
Inscris le : : 12/08/2008

Re: Seance de lundi 23 octobre 2017

le Lun 23 Oct 2017 - 10:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

La bourse de Casablanca est un entrepot de Hashish, de surcroit prés du port. C'est Marsa Maroc qui l'exporte. Des présidents africains me l'ont dit.

_________________
IL n'y a pas pire qu'une position court-termiste qui se transforme en placement à long terme. Le PP mskine est comme le chat qui met son nez dans le lave vaisselle, parfois les zinzins leurs fourguent un coup de pied dans le derrière et appuient sur " lavage économique "....ça dure 3 ans.
avatar
moha1000
Nbre méssages : 337
Réputation : 0
Inscris le : : 06/08/2010

Re: Seance de lundi 23 octobre 2017

le Lun 23 Oct 2017 - 11:00
C un ministre ou un trafiquant ?
avatar
Mak Mak
Nbre méssages : 1623
Réputation : 9
Inscris le : : 11/03/2016

Re: Seance de lundi 23 octobre 2017

le Lun 23 Oct 2017 - 11:03
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

La bourse de Casablanca est un entrepot de Hashish, de surcroit prés du port. C'est Marsa Maroc qui l'exporte. Des présidents africains me l'ont dit.
Des présidents comme : le seigneur  de toutes les bêtes de la terre et de tous les poissons de la mer, vainqueur de l'impérialisme anglais ???  :mdr

_________________
"Wanna irane loulou awr iggane died koullou"
d.halimi
Nbre méssages : 32
Réputation : 0
Inscris le : : 30/12/2011

Re: Seance de lundi 23 octobre 2017

le Lun 23 Oct 2017 - 11:09
Bonjour;
Avez vous des infos sur Disway ?
Merci
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum