Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Admin
Admin
Admin
Nbre méssages : 2754
Réputation : 35
Inscris le : : 11/08/2008

BMCE BANK (BCE)

le Lun 11 Aoû 2008 - 18:12
BMCE
avatar
moha
Nbre méssages : 451
Humeur : serieux quand il le faut
Réputation : 1
Inscris le : : 28/08/2008

Re: BMCE BANK (BCE)

le Sam 6 Sep 2008 - 10:26
05/09/2008 Le CDVM vise un avenant à la notice d’information relative au programme de rachat d’actions en vue de régulariser le marché des actions de BMCE BANK suite à la réduction de la valeur nominale de l’action de MAD 100 à MAD 10
05-09-2008





Le Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières (CDVM) porte à la connaissance du public qu’il a visé en date du 05 septembre 2008 un avenant à la notice d’information relative au programme de rachat d’actions en vue de régulariser le marché des actions de BMCE BANK.



Cet avenant abroge et remplace les dispositions relatives à la fourchette de prix et au nombre maximum de titres à détenir proposés à l’Assemblée Générale Ordinaire du 28 mai 2007 et dont la notice d’information a fait l’objet du visa du CDVM en date du 11 mai 2007. La modification des caractéristiques précitées du programme est rendue nécessaire suite à la réduction de la valeur nominale de l’action de 100 à 10 Dhs.



Les nouvelles caractéristiques du programme :



- Prix maximum d’achat et de vente : 350 DH



- Prix minimum d'achat et de vente : 220 DH



- Nombre maximum d’actions à détenir : 15 000 000 actions soit 9,45% du capital.





Un communiqué de presse relatif à cet avenant sera incessamment publié dans un journal d’annonces légales. L’intégralité de la notice d’information et de son avenant visés par le CDVM seront remis ou adressés sans frais à tout actionnaire qui en fait la demande. Ils sont, en outre, tenus à la disposition du public au siège de BMCE BANK et de la Bourse de Casablanca.



Par ailleurs, ils seront disponibles sur le site du CDVM: www.cdvm.gov.ma





CONTACT CDVM :

Tél : 037 68 89 22

E-Mail : operations_financieres@cdvm.gov.ma
avatar
moha
Nbre méssages : 451
Humeur : serieux quand il le faut
Réputation : 1
Inscris le : : 28/08/2008

Re: BMCE BANK (BCE)

le Jeu 9 Oct 2008 - 11:43
Maroc : BMCE Bank - Les activités à l'international en croissance de 14,5%
.Les résultats du premier semestre 2008 de BMCE Bank, tels qu'arrêtés par le conseil de la banque présidé par M. Othman Benjelloun et tenu le 25 septembre dernier, ont été présentés au niveau du consolidé selon les nouvelles normes comptables basées sur l'évaluation par la valeur actuelle du marché, IAS/IFRS. Pour une comparaison facile, ceux de Juin 2007 ont été retraités selon la même norme comptable. Le groupe BMCE Bank a donc réalisé de très bonnes performances qui mettent en valeur pour la première fois sa croissance externe en consolidant Bank of Afriqua et Médicapital bank. Le total bilan consolidé a ainsi progressé de 45%, à 158,5 milliards de dirhams, le résultat net part du groupe, ( qui soustrait la part des actionnai¬res minoritaires), a crû pour sa part de 24 % , à 469 milliards quand le global a augmenté de 90%, à 822 millions de dirhams, tandis que le RBE connaissait 66% de croissance notamment grâce à la montée en puissance des activités à l'international qui ont progressé de 14,4% elle PNB consolidé de 59% à 3,1 milliards de dirhams. Les nouveaux relais de croissance du groupe sont mis en évidence avec l'intégration de Bank of Africa et le démarrage en force de Médicapital bank, laquelle, en à peine un an, se rapproche déjà de l'équilibre. Le groupe BMCE bank affiche donc des performances financières solides. BMCE stricto sensu, a, quant à elle poursuivi son développement en élargissant son réseau bancaire avec 31 agences ouvertes à la fin août 2008, une croissance de 15 % des dépôts de la clientèle à 84 milliards de dirhams, accompagnée d'une amélioration de la structure des ressources avec 54 % de non rémunérées et de 19,2% des crédits à la clientèle, à 45 milliards de dirhams. Le résultat de BMCE Bank a ainsi augmenté de 37% en excluant les plus- values qui avaient gonflé le résultat du premier semestre de l'année dernière et son PNB de 15%. La maîtrise des risques, aujourd'hui encore plus suivie de près par les analystes dans le contexte de crise financière, est renforcée à la BMCE. En effet, le projet Bâle II impose la mise en place d'une cartographie des risques opérationnels et l'élaboration d'un manuel de procédures relatives aux activités de marché. Mais le renforcement des fonds propres, tel que mené par la banque est la meilleure garantie de sa santé financière. Ainsi, BMCE Bank a procédé à différentes émissions d'emprunts subordonnés en dirhams et en devises assimilés aux capitaux propres pour accompagner sa stratégie de développement national et international. Le premier, de 700 millions de dirhams, auprès de la SFI,le second de 500 Mdh auprès de Proparco, filiale de l'Agence Française de Développement et un dernier récemment d'un milliard de dirhams auprès d'une vingtaine d'investisseurs institutionnels. (Source : La Nouvelle Tribune)
avatar
Pelican
Nbre méssages : 15849
Humeur : En construction
Réputation : 68
Inscris le : : 12/08/2008

Re: BMCE BANK (BCE)

le Lun 5 Jan 2009 - 12:27
Maroc : CIC - Transfert du capital détenu dans BMCE Bank.Le Crédit industriel et commercial, CIC, filiale du Crédit Mutuel France,
a procédé à un transfert de sa participation (soit 15%) dans le capital
de BMCE Bank à son actionnaire, la Banque fédérative du Crédit mutuel.
Cette dernière détient 94,28% du capital du CIC. L’opération intervient
dans le cadre d’un reclassement de ses actifs et participations.
(Source : L'économiste)


_________________
IL n'y a pas pire qu'une position court-termiste qui se transforme en placement à long terme. Le PP mskine est comme le chat qui met son nez dans le lave vaisselle, parfois les zinzins leurs fourguent un coup de pied dans le derrière et appuient sur " lavage économique "....ça dure 3 ans.
avatar
Pelican
Nbre méssages : 15849
Humeur : En construction
Réputation : 68
Inscris le : : 12/08/2008

Maroc : Le Groupe CM-CIC renforce sa participation dans BMCE BANK

le Lun 9 Fév 2009 - 9:36
Maroc : Le Groupe CM-CIC renforce sa participation dans BMCE BANK


.Le jeudi 5 février courant, le Groupe CM-CiC a procédé, à travers la Banque Fédérative du Crédit Mutuel- BFCM-, sa holding, à l'acquisition de 4,9% de parts supplémentaires de capital de BMCE Bank, soit au total plus de 7,7 millions d'actions au prix unitaire de 290 Dhs. Ainsi, sa participation dans le capital de cet établissement bancaire est passée de 15,05 % à 19,94 %. Cette opération, qui a reçu l'accord des autorités monétaires et réglementaires, représente un investissement global de 2,26 milliards de Dirhams, soit 203,4 millions d'Euros. Elle vient souligner, une fois encore, les forts liens, à la fois capitalistiques et industriels, qui prévalent entre l'un des 4 plus grands Groupes financiers français et le Groupe BMCE Bank. Elle illustre, également, l'engagement de ces deux partenaires de poursuivre l'étroite coopération qu'ils ont entamée depuis 2004 et ainsi, le développement de synergies commerciales et opérationnelles dans les domaines technologique, du Retail, de l'Investment Banking et de l'international, notamment en Afrique. (Source : L'Economiste)

_________________
IL n'y a pas pire qu'une position court-termiste qui se transforme en placement à long terme. Le PP mskine est comme le chat qui met son nez dans le lave vaisselle, parfois les zinzins leurs fourguent un coup de pied dans le derrière et appuient sur " lavage économique "....ça dure 3 ans.
imane
Nbre méssages : 312
Réputation : 6
Inscris le : : 15/08/2008

Re: BMCE BANK (BCE)

le Mar 31 Mar 2009 - 9:53




La montée en puissance de BMCE Bank
Franc succès de la croissance organique et de la stratégie internationale
Publié le : 30.03.2009 | 15h02

Le groupe BMCE Bank continue d'inscrire à son actif bien des prouesses. La bancaire cotée à la Bourse des valeurs voit toujours ses indicateurs d'activité évoluer dans le vert grâce notamment au succès de sa stratégie de développement tant au niveau national, via la poursuite de la croissance organique, qu'international à travers l'ensemble de ses filiales africaines.









A l'issue de l'exercice écoulé, les réalisations de BMCE Bank auront été, en l'occurrence, soutenues par les performances du groupe BOA (Bank Of Africa). Cela dit, capitalisant sur l'accélération de l'extension du réseau bancaire (ouverture d'une centaine de nouvelles agences en 2008), les ressources consolidées en provenance de la clientèle ont caracolé en hausse de 38,4% à 113,4 MMDH, dont près de 79% drainés par la Banque de distribution au Maroc qui a amélioré sa part de marché en termes de dépôts de 75 points de base à 14,6%. Cette dynamique a été accompagnée par une stabilisation de la structure des dépôts avec une part de 45% pour les ressources rémunérées, et ce, en dépit d'un contexte sectoriel marqué par la raréfaction des ressources amenant les opérateurs à privilégier la collecte des dépôts à terme.
De même, la Banque a consolidé son positionnement sur le segment des MRE avec des dépôts en hausse de 6,5% à 11,8 MMDH malgré le ralentissement des transferts émanant de cette catégorie de clientèle.

Pour leur part, les dépôts de l'activité Corporate se sont améliorés de 8% passant à 10,7 MMDH en 2008. De son côté, l'encours consolidé de créances à la clientèle a gagné 45,3% à 85,7 MMDH. L'activité agrégée est intervenue à hauteur de 69% dans les crédits distribués, soit 59,2 MMDH, en hausse de 18,9% comparativement au 31-12-2007. Cette performance a été confortée par la forte expansion des crédits immobiliers qui se hissent de 70,2% à 19,2 MMDH, représentant 32,4% du portefeuille crédits de la Banque de distribution. La part de marché de la Banque sur ce segment d'activité s'améliore passant de 12,54% à 13,86% à fin décembre 2008 positionnant l'établissement au 3e rang. Dans une moindre proportion, les crédits à l'équipement ont progressé de 16,1% à 12,5 MMDH tandis que les crédits de trésorerie et à la consommation ont accusé un léger repli de 8,6% à 24,2 MMDH. Pour sa part, l'actif financier évalué à la juste valeur s'est élargi de 74,2% à 16,8 MMDH. Cette hausse est principalement alimentée par un renforcement de 71,7% à 5,4 MMDH des bons du Trésor, et le bond de 2,4x des actions en portefeuille à 10,3 MMDH.

Dans ce sillage, le produit net bancaire consolidé s'est inscrit en hausse de 41,1% à 6 MMDH comprenant la progression de 63,7% à 4,1 MMDH de la marge d'intérêt dont la contribution dans le PNB s'élargit de 9,6 points à 68,6% ainsi que l'accroissement de 40,6% à 1.150,3 MDH de la marge sur commissions traduisant l'accélération du développement commercial (hausse de 10% à 950.000 unités des cartes monétiques). Toutefois, et eu égard au contexte défavorable du marché financier combinée à la constatation en 2007 d'une plus-value exceptionnelle sur la cession de 5% du capital de BMCE Bank à Caja Mediterraneo, le résultat des opérations de marché s'est déprécié de 44,7% à 502,8 MDH. Par pôle d'activité, la Banque au Maroc a contribué à hauteur de 48,2% au PNB consolidé du groupe, tandis que les filiales à l'international assurent 38,9% des revenus opérationnels, contre 8,6% pour les services financiers spécialisés, le reste émanant de la gestion d'actifs. Dans un contexte de conduite d'un programme d'investissement ambitieux portant sur l'extension du réseau au Maroc et de l'activité à l'international, les charges générales d'exploitation s'alourdissent de 52,9% à 3,6 MMDH fixant le coefficient d'exploitation à 59,3%.

Au volet risque, et capitalisant sur les efforts déployés en matière de recouvrement, la charge de risque s'est allégée de 72% à 89 MDH. Le stock de créances en souffrance de l'activité agrégée se fixe à 2,8 MMDH, soit un taux de contentieux de 4,7%, contre 5,2% fin décembre 2007. Au final, le résultat net consolidé s'est apprécié de 46% à 1,4 MMDH suite notamment à l'intégration de BOA dans le périmètre de consolidation du groupe. Pour rappel, BMCE Bank a renforcé de 7,5% sa participation dans le groupe bancaire africain pour la porter à 42,5% en juillet 2008. De même, le rachat de 55% du capital de la Banque de Crédit de Bujumbura via le réseau BOA avait permis à BMCE Bank d'élargir sa présence dans l'ensemble de l'Afrique créant, de facto, des effets de synergies entre ses différentes filiales africaines. Néanmoins, le résultat net part du groupe a enregistré un léger recul de 2,6% à 830,4 MDH compte tenu de l'importance du poids des intérêts minoritaires. La ventilation du RNPG par pôle d'activité laisse apparaître une contribution de 68,7% de la Banque au Maroc, de 16,9% des services financiers spécialisés et de 8,5% des filiales à l'international.
Compte tenu de ces résultats, le groupe bancaire devrait proposer la distribution d'un dividende unitaire de 3 DH, fixant le dividend yield à 1,3% sur la base d'un cours de 229 DH à l'issue de la séance boursière du 27 mars 2009.
------------------------------------------------------------------
Des fonds propres renforcés

Dans ce contexte de développement soutenu, l'établissement a initié au courant de 2008 plusieurs opérations
de levée de fonds visant le renforcement de ses fonds propres. Outre une émission de dette subordonnée d'un montant de 1 MMDH, le groupe avait émis un emprunt subordonné perpétuel auprès de la Société financière internationale pour 70 millions d'euros et un autre de 70 millions d'euros auprès de Proparco.
BMCE Bank avait également procédé à une extension du plafond des certificats de dépôts à 10 MMDH. Une autre opération avait concerné l'émission d'un emprunt obligataire perpétuel subordonné d'un montant de 1 MMDH.
Par Abdelali Boukhalef | LE MATIN
avatar
Admin
Admin
Admin
Nbre méssages : 2754
Réputation : 35
Inscris le : : 11/08/2008

Re: BMCE BANK (BCE)

le Ven 4 Sep 2009 - 12:02
Maroc : BMCE-BCP : Les enjeux d’un éventuel mariage






.
Lorsque l'information avait fait le tour dans les salons de Casablanca et
Rabat, tout le monde en avait sourit, sans plus. Le rachat de BMCE Bank
par la Banque centrale populaire est une opération tellement grande et
tellement lourde que les observateurs ne peuvent que croire à une «grosse
rumeur» ou un fantasme de banquiers tout au plus. Mais plus les jours
passent et plus la rumeur se fait insistante et les langues commencent à
se délier, sans doute, faute d'autres grosses annonces financières en
cette période ramadanesque et à la veille de la publication des résultats
semestriels des sociétés cotées. Info ou intox? Ace stade personne n'ose
s'aventurer et ce ne sont pas les deux banques concernées qui nous en
diront plus. Mais si l'on part du principe qu'il n'y a pas de fumée sans
feu, la piste mérite que l'on s'y attarde pour analyser les enjeux et les
synergies possibles d'un projet aussi titanesque. Car c'est bien le cas.
La BMCE c'est aujourd'hui, 6 milliards de DH de PNB (à fin 2008), 491
agences particuliers/professionnels et 1,43 milliard de DH de résultat
net. La banque occupe, en outre, une place de choix dans le peloton de
tête du secteur bancaire nationale. Ce n'est pas la première fois que la
banque de Othman Benjelloun fait l'objet de telles spéculations, vu le
manque de visibilité quant à la succession à la présidence. Avant de
racheter Wafa Bank, l'ex-BCM était assez bien avancée dans les
négociations et les études pour une fusion BCM-BMCE en vue de créer le
champion national de la banque. Puis la fusion Wafa-BCM, puis plus
rien ... aujourd'hui, le projet est, une nouvelle fois, remis sur le
tapis. Depuis le début de l'année, deux scénarios sont avancés par les
analystes. Il s'agirait d'un rapprochement de la banque de Benjelloun
soit avec Attijariwafa bank, soit avec la Banque populaire. Deux
scénarios, deux orientations. Les deux banques ont, chacune, beaucoup à y
gagner. Pour la première, cela lui permettrait de renforcer ses métiers
de banque et finance, mais aussi gagner du temps sur le développement à
l'international, un créneau que le nouveau management de la banque a
inscrit parmi les priorités et notamment sur le continent africain. Le
bonus de la banque populaire, elle, serait un tantinet différent. En ce
sens que la banque gérée par Benchaâboun a besoin de développer son
créneau d'assurances, un segment où la BMCE a déjà fait ses preuves via
sa filiale RMA Watanya. De plus, les pays «porteurs» d'Afrique ont déjà
vu s'implanter Attijariwafa bank et BMCE, alors que la Banque populaire
n'a pas encore trouvé d'ouverture pour ces marchés. Son sésame serait,
donc, le rapprochement avec la banque bleue. Reste la présence de BMCE en
Asie. Celle-ci représente pour les deux banques, la cerise sur le gâteau,
à savoir, l'opportunité d'un nouveau marché non encore exploité. C'est,
vraisemblablement en pensant à cette embellie que Benchaâboun a répondu
avec un large sourire à la question qui lui a été posée par l'une de ses
connaissances sur cet éventuel rapprochement. Par ailleurs, une troisième
option est aussi envisageable. Celle d'une prise de participation
conjointe par les deux mastodontes. Ce serait, effectivement, une
solution intermédiaire mais qui supposerait que l'on démêle d'abord les
participations croisées de la BMCE dans différentes filiales du groupe.
Un casse-tête chinois. Autant de scénarios qui impactent, ou qui trouvent
leurs origines, dans l'atmosphère interne et dans les réalisations du
groupe. En tout cas, on ne tardera pas à en savoir plus sur le dossier.
Selon des sources internes, un conseil d'administration devrait se
réunir, vers la fin du mois, à Strasbourg pour tirer au clair nombre de
questions cruciales, dont notamment, la possibilité d'introduire la CIC
dans le cercle de la gestion. A suivre de très près ...
(Source : LE SOIR)
avatar
DaRk-H
Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

Re: BMCE BANK (BCE)

le Lun 16 Nov 2009 - 11:41
@Pelican a écrit:BMCE Bank : Les dessous d’une OPV
BMCE Bank : Les dessous d’une OPV





* En six ans, c’est la troisième OPV réservée aux salariés : les deux
premières leur ont permis de générer des plus-values nettes de 1,3
milliard de MDH.
* La note d’information est en train d’être visée par le CDVM.

Certains voient en cette opération une manière de fidéliser le personnel, d’autres un moyen de soutenir le titre en Bourse.

Et de 3 pour Othman Benjelloun ! Un communiqué faisant état d’une augmentation de capital de BMCE Bank réservée exclusivement aux salariés du Groupe BMCE vient d’être rendu public. Après celles de 2003 et 2005, ce sera donc la troisième offre publique de vente réservée aux salariés et décidée lors du dernier Conseil d’Administration (CA) tenu le 24 septembre dernier à Strasbourg.
Pour autant, le communiqué post-CA n’en a nullement fait référence, se contentant de signaler que le CA
«a examiné l’activité de la banque au terme du premier semestre 2009 et arrêté les comptes y afférents». Une entorse au règlement ? «Non», nous confirme un expert-comptable. «Tout d’abord, il faut savoir que les communiqués post-CA sont filtrés : tout ce qui y est discuté n’est pas forcément rendu public. Ensuite, si une décision est prise, quelle que soit son importance, et qu’elle nécessite, par exemple, la mise en place d’une commission pour la concrétiser, la diffusion de l’information peut être différée. Cela dit, cette décision, consignée dans
le procès-verbal du Conseil d’Administration, doit rester secrète».
Même son de cloche du côté du Conseil déontologique des valeurs mobilières. «Toute information importante doit être certes publiée, mais dans le cas où elle n’est pas sûre, on peut différer sa diffusion ; mais elle doit rester confidentielle. Et dans ce cadre, BMCE a respecté le principe de la confidentialité dans la mesure où aucune information relative aux caractéristiques de l’opération n’est rendue publique. D’ailleurs, la note d’information relative à l’OPV a été soumise au CDVM pour validation», souligne-t-on.
En cela, cette OPV n’est pas en soi une surprise. Elle figurait dans le calendrier de la banque depuis bien longtemps. Il était même attendu qu’elle se fasse à l’occasion de la célébration du cinquantenaire de la banque. Mais pourquoi cette OPV ? Le timing choisi est-il judicieux ? Othman Benjelloun offrira-t-il les mêmes avantages que lors des deux précédentes OPV ? Les salariés souscriront-ils massivement ?

L’OPV réussira-t-elle ?
Selon le communiqué rendu public, «cette augmentation de capital réservée exclusivement aux membres du personnel de la banque, des filiales financières spécialisées et du holding FinanceCom, souhaitant se porter acquéreurs de ces nouvelles actions, est prévue d’être opérée en numéraires, à hauteur de près de 3% du capital social». Avec le prix d’émission des actions basé (…) «sur la moyenne des cours de l’action enregistrés durant l’année 2009». Une moyenne qui, selon nos calculs, s’établit à
241 DH.
A l’heure qu’il est, les salariés du Groupe sont sûrement en train de se demander s’il faut souscrire à cette OPV ou non. S’ils se réfèrent strictement aux résultats des deux précédentes OPV, il ne fait aucun doute qu’ils souscriront. Car, au total, ces deux opérations ont permis au personnel de réaliser des plus-values cumulées de 1,3 Md de DH. Alléchant, n’est-ce pas ?
Mais reste à savoir si les conditions préférentielles retenues, notamment lors de la première OPV, seront reconduites. Pour rappel, BMCE Bank avait mis en place, au profit des membres du personnel éligibles, un système de financement sous forme de prêt, à des conditions préférentielles, afin de financer tout ou partie des actions à acquérir dans le cadre de l’OPV.
Toutefois, cette offre était assortie d’une condition : les membres du personnel devaient s’engager à conserver les actions acquises pendant deux ans pour la première moitié et trois ans pour le solde. Sous réserve de cet engagement, condition du prêt, la cession pouvait alors être effectuée en Bourse.
Et, pour souligner sa marque de confiance dans l’évolution du titre, la BMCE avait garanti aux membres du personnel un prix minimum de revente de 400 DH (qui était le prix d’acquisition, supérieur au cours du titre sur le marché boursier lors de l’OPV -384 DH-), sous réserve des conditions de durée de détention. Dans tous les cas, ils ne pouvaient être perdants. Bien au contraire, ils y ont beaucoup gagné, surtout lors de la seconde OPV où, pour des actions acquises à 525 DH l’unité, la valeur du titre a pu atteindre un pic de 3.000 DH en Bourse.
Mais, aujourd’hui, les conditions du marché ne sont plus les mêmes. La place a littéralement changé de physionomie, plombée par une atonie qui dure depuis plusieurs mois. Les investisseurs sont attentistes, alors que se profilent, comme à l’approche de chaque fin d’année, les opérations de reclassement de portefeuille. Dès lors, la réussite de l’opération d’augmentation de capital décidée par BMCE dépendra tant des conditions préférentielles qui vont l’accompagner que de la croissance future attendue du titre, laquelle détermine les plus-values escomptées. La réussite de l’OPV témoignera donc, tant s’en faut, de la confiance du personnel en l’établissement bancaire et en son potentiel de développement. Une confiance qui, peut-être, sera un signal suffisant au marché boursier pour permettre au titre, qui affiche, au 10 novembre, une contre-performance annuelle de 8% à 236 DH, de reprendre du poil de la bête.
Cet analyste a d’ailleurs un avis assez tranché sur la question. Selon lui, «rien ne peut, actuellement, justifier cette OPV, sinon que c’est une manière de susciter de l’intérêt pour la valeur BMCE qui est en train de subir une correction, à l’instar de plusieurs autres valeurs de la corbeille. Et en réussissant cette opération, un signal important sera donné aux autres investisseurs qui sont devenus plus regardants et plus prudents, surtout en cette période de crise; ce qui devrait permettre de soutenir le titre».
Une analyse à laquelle ne souscrit pas tout à fait notre expert-comptable qui voit en cette OPV «l’empreinte anglo-saxonne du groupe, avec une politique régulière de motivation et de fidélisation de son personnel». Mieux, poursuit-il, «à l’heure où les rumeurs fusent sur la succession d’Othman Benjelloun et la cession éventuelle du Groupe, cette OPV tend à rassurer le personnel : c’est une manière de dire que la banque n’est pas dans une logique de cession et qu’elle met le personnel au centre de ses préoccupations».
L’on attend de voir comment réagira le marché au-lendemain de l’OPV.


D. W.
12-11-2009
avatar
DaRk-H
Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

Re: BMCE BANK (BCE)

le Lun 23 Nov 2009 - 18:25
BMCE BANK : Avis de convocation à l’AGO du 24 décembre 2009 pour modification des caractéristiques de son programme de rachat

Fait : Convocation des actionnaires du Groupe BMCE BANK en Assemblée Générale
Ordinaire le 24 décembre 2009.
Analyse : Le Conseil d’administration du Groupe BMCE BANK a décidé de convoquer les actionnaires en vue de délibérer sur l’autorisation de modification des références de prix minimum d’achat et de vente et prix maximum d’achat et de vente, duprogramme de rachat par la banque de ses propres actions en cours, tel que décidé par l’Assemblée Générale des actionnaires en date du 20 novembre 2008. Les modalités de rachat par la société de ses propres actions en Bourse se présentent comme suit :

Nombre maximum d’actions à détenir : 15 000 000 de titres soit 9,45% du capital ;
Prix maximum d’achat : MAD 350 par action ;
Prix minimum de vente : MAD 220 par action ;
Somme maximale à engager : M MAD 5 250 ;
Durée du programme : 18 mois à compter du 1er décembre 2008 au 31 mai 2010 ;
Conclusion : BMCE BANK a procédé à la convocation de ses actionnaires en vue de modifier les références de la fourchette de son programme de rachat en cours.

BMCE Capital Bourse
avatar
DaRk-H
Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

Re: BMCE BANK (BCE)

le Jeu 26 Nov 2009 - 15:25
BMCE - Fitch confirme la note de soutien extérieur ‘3’

Fitch Ratings a confirmé la note de soutien extérieur ‘3’ attribuée à BMCE Bank (BMCE). Cette note reflète le soutien que, selon Fitch, la BMCEserait susceptible de recevoir de la part de l’Etat marocain compte tenu de l’importance de son fonds de commerce au Maroc. Il existe toutefois des incertitudes quant à la capacité de l’Etat à apporter un tel soutien. A ce jour, la BMCE affiche des résultats solides pour l’année en cours grâce à la croissance des revenus générée par les revenus nets d’intérêtset les activités de marché. Cependant, ils ont été contrebalancés par une hausse importante des provisions pour créances douteuses qui a entraîné une baisse du résultat net d’exploitation de 8% au 1er semestre 2009 par rapport à la même période de l’année précédente. Fitch s’attend à une rentabilité modérée au second semestre 2009 et en 2010 (par rapport à 2008) compte tenu de la baisse attendue du volume d’activité et d’une augmentation de la charge du risque dans un contexte de ralentissement économique. Le risque de crédit constitue le principal risque auquel la BMCE est exposée ; pour Fitch, ce risque est jugé acceptable. La liquidité s’est resserrée au 1er semestre 2009 avec une croissance des prêts toujours supérieure à celle des dépôts. Néanmoins, le ratio prêts/dépôts s’établissait à un niveau toujours acceptable de 81% à fin juin 2009 et la BMCE reste fondamentalement prêteuse sur le marché interbancaire. La capitalisation est tout juste suffisante compte tenu du profil de risque de la banque, avec un ratio Tier 1 et un ratio de capital réglementaire total de 8% et 12,1% respectivement à fin juin 2009.
La BMCE est la troisième banque du Maroc par le total d’actifs, avec environ 13% des dépôts et 14% des prêts à fin juin 2009. Elle est détenue à 37,8% par une société holding marocaine, FinanceCom, et par la Banque Fédérative du Crédit Mutuel à hauteur de 19,9%, le solde étant éclaté entre de nombreux actionnaires.

Fitch Rating
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum