Forum Bourse Maroc

منتدى بورصة الدارالبيضاء
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  FAQFAQ  Règlement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Articles presse : ASSURANCES - BANQUES - STES DE FINANCEMENT

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 13 ... 23  Suivant
AuteurMessage
DaRk-H



Nbre méssages : 4861
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : ASSURANCES - BANQUES - STES DE FINANCEMENT   Lun 25 Avr 2011 - 9:55

BMCI CREDIT CONSO : Retrait de 25% du résultat net 2010 à M MAD 12,1

Fait : Publications des résultats annuels 2010.

Analyse : Filiale commune de CETELEM et du Groupe Bancaire BMCI, BMCI CREDIT CONSO affiche des résultats annuels marqués par les évolutions suivantes :

Une expansion de 17,6% de l’encours net des créances sur la clientèle à MAD 1,6 Md par rapport au 31/12/2009 ;
Un accroissement de 19,4% du portefeuille de refinancement à MAD 1,5 Md, constitué quasi exclusivement de dettes interbancaires ;
Une progression de 7% du PNB à M MAD 66,6, attribuable principalement à l’amélioration de 4,4% de la marge d’intérêts à M MAD 60,1 ;
Une baisse de 3,4% des charges générales d’exploitation à M MAD 24,1, améliorant le coefficient d’exploitation de 3,9 points à 36,2% ;
Un taux de contentieux de 3% (contre 1,8% une année auparavant) pour un taux de couverture de 92,8% ;

Conclusion : Impactée par une forte montée du risque, BMCI CREDIT CONSO affiche pour la deuxième année consécutive des indicateurs de rentabilité en retrait.

BMCE Capital Bourse
Revenir en haut Aller en bas
DaRk-H



Nbre méssages : 4861
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : ASSURANCES - BANQUES - STES DE FINANCEMENT   Lun 25 Avr 2011 - 9:52

CETELEM : Repli de 93,5% du résultat net 2010 à M MAD 4,6

Fait : Publication des résultats annuels 2010.

Analyse : Au titre de l’exercice 2010, la filiale crédit à la consommation du Groupe
CETELEM France présente des résultats annuels sociaux grevé par la hausse des dotations pour créances en souffrances :

Un recul de 1,3% de l’encours net de crédit à M MAD 1 994,5 ;
Une contraction de 2,3% du portefeuille de refinancement à M MAD 1 814,0, constitué
quasi-exclusivement de dettes interbancaires (98,7% des dettes) ;
Une amélioration de 1,6% du PNB à M MAD 152,1 comparativement à une année auparavant, sous l’effet d’une hausse de 5,2% de la marge d’intérêt à M MAD 130,5 compensant l’effritement de près de 98% du résultat sur opérations de marché à K MAD 102 ;
Un allégement de 13,2% des charges générales d’exploitation à M MAD 98,8, améliorant le coefficient d’exploitation de 11 points à 64,9%. Le RBE ressort, ainsi, en augmentation de 25,4% à M MAD 93,9 ;
Un taux de contentieux en détérioration de 2,9 points à 10,7%. Et, intégrant un alourdissement de 103% des dotations nettes aux provisions pour créances en souffrances à M MAD 68,4, le résultat net affiche un repli de 93,5% à M MAD 4,6.

Conclusion : En dépit de la baisse du poids des charges d’exploitation, CETELEM affiche au terme de l’exercice 2010 des résultats fortement plombés par la hausse du coût du risque.

BMCE Capital Bourse
Revenir en haut Aller en bas
DaRk-H

avatar

Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : ASSURANCES - BANQUES - STES DE FINANCEMENT   Lun 25 Avr 2011 - 9:46

CREDITS BANCAIRES : Hausse annuelle de 6,6% à MAD 625,0 Md à fin 2011

Fait : Publication des statistiques de BANK AL MAGHRIB à fin février 2011.

Analyse : Au terme du deuxième mois de l’année 2011, les crédits bancaires s’inscrivent en hausse de 6,6% comparativement à février 2010 pour s’établir à MAD 625,0 Md. Sur un mois, ces derniers se hissent de 1,5% entre janvier 2011 et février 2011.
Par type, les crédits immobiliers s’apprécient de 8,9% à MAD 192,0 Md par rapport à février 2011 (dont +12,4% pour les crédits à l’habitat et +2,3% pour les crédits promoteurs) tandis que les crédits à l’équipement se bonifient de 14,6% à MAD 133,7 Md. Les comptes débiteurs/crédits de trésorerie et les crédits à la consommation se hissent, quant à eux, de 7,1% à MAD 144,6 Md et de 7,7% àMAD 32,7 Md respectivement. En revanche, les créances diverses sur la clientèle enregistrent une baisse de 5,7% à MAD 91,7 Md à fin février 2011. Pour leur part, les créances en souffrance ressortent en quasi-stagnation (-0,7%) à MAD 30,2 Md sur la même période (vs. MAD 29,4 Md en janvier 2010).

Conclusion : En dépit d’un contexte économique plutôt morose, les crédits à l’économie poursuivent leur ascension dénotant de la dynamique de l’immobilier et notamment des crédits à l’habitat.

BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
Revenir en haut Aller en bas
DaRk-H

avatar

Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : ASSURANCES - BANQUES - STES DE FINANCEMENT   Jeu 24 Mar 2011 - 10:49

BANQUE MONDIALE : Octroi au Maroc de 2 prêts de M USD 342

Fait : Tenue du Conseil d’Administration de la BANQUE MONDIALE en date du 15/03/2011

Analyse : Suite à la tenue de son Conseil d’Administration, la BANQUE MONDIALE vient d’approuver l’octroi de 2 prêts en faveur du Maroc pour un montant total de M USD 342.
Portant sur un montant de M USD 205, le premier prêt vise le soutien à la mise en oeuvre du plan MAROC VERT à travers (i) l’amélioration de l’efficacité des marchés locaux, (ii) de l’impact des projets destinés aux petits agriculteurs, (iii) des services du secteur agricole, (iv) de la gestion de l’eau et (v) de la planification des infrastructures d’irrigation.
Le second prêt, d’une valeur de M USD 136,7, devrait être alloué à l’amélioration des déplacements urbains dans les grandes villes du Maroc par le truchement d’une meilleure gouvernance du secteur des transports, une amélioration des rendements et d'approvisionnement des services et des infrastructures du transport urbain, ainsi qu'une meilleure durabilité des secteurs sociaux et environnementaux.

Conclusion : Ces prêts devraient permettre au Maroc d’accélérer la mise en oeuvre des ses plans de développement visant deux secteurs clés de l’économie à savoir l’agriculture et le transport.

BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
Revenir en haut Aller en bas
DaRk-H

avatar

Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : ASSURANCES - BANQUES - STES DE FINANCEMENT   Ven 11 Fév 2011 - 17:28

MONETIQUE : 7 millions de cartes bancaires en circulation en 2010

Fait : Chiffres à fin 2010.

Analyse : Selon les dernières statistiques du Centre Monétique Interbancaire, le nombre de cartes bancaires en circulation s’élève à 7,064 millions de cartes à fin 2010, en progression de 11% comparativement à une année auparavant. Par type, les cartes de retrait et de paiement (86% du total) se bonifient de 25,4% sur d’une année à l’autre pour atteindre 6,075 millions d’unités. Les cartes marocaines ont généré 10 millions d’opérations de paiement par TPE pour une valeur de MAD 6,3 Md contre MAD 5,1 Md en 2009 (pour 8,1 millions d’opérations). Les cartes émises à l’étranger ont, quant à elles, permis de réaliser 3,3 millions de transactions pour un montant de MAD 5,6 Md (+24,5% par rapport à 2009).Pour les opérations de retrait, il est à noter que 4 545 GAB étaient à la disposition des utilisateurs à fin décembre 2010 dont 400 installés au courant de l’année. Signalons, par ailleurs, que les paiements en ligne ont augmenté de 276% à 295 000 opérations pour un chiffres d’affaires de M MAD 295,0.

Conclusion : Les chiffres de la monétique à fin 2010 témoignent d’une poursuite devl’upward trend dans lequel s’inscrit le secteur ces dernières années.

BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
Revenir en haut Aller en bas
DaRk-H

avatar

Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : ASSURANCES - BANQUES - STES DE FINANCEMENT   Ven 11 Fév 2011 - 9:45

CREDIT AGRICOLE DU MAROC : Accroissement de 10% de la capacité bénéficiaire 2010 à M MAD 375

Fait : Tenue du Conseil de Surveillance du CREDIT AGRICOLE DU MAROC.

Analyse : Selon la presse quotidienne et à l’issue de son Conseil de Surveillance, le Groupe CREDIT AGRICOLE DU MAROC aurait affiché les réalisations suivantes :

* Une progression de 8% des ressources clientèle à MAD 52 Md ;
* Un accroissement de 10% des crédits octroyés à MAD 49 Md ;
* Un taux de créances en souffrance qui passe de 50% en 2003 à 9,6% de l’encours global en 2010 ;
* Une hausse de 9% du résultat net à M MAD 375, contre M MAD 345 en 2009 ;
* Et, une appréciation de 12% des microcrédits portant sur une enveloppe de plus de M MAD 200 au bénéfice de près de 100 000 clients.

Par ailleurs et selon la même source, le Conseil de Surveillance aurait entériné le rachat du Groupe DIAC (DIAC SALAF et DIAC EQUIPEMENT) sous réserve de l’accord de la Direction des Établissements publics et de la privatisation.

Conclusion : Récoltant les fruits de sa politique de développement de l’activité de banque classique à travers l’élargissement de son spectre d’activité aux particuliers et entreprises, le CREDIT AGRICOLE DU MAROC réalise des performances en nette progression au titre de l’année 2010.

BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
Revenir en haut Aller en bas
DaRk-H

avatar

Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : ASSURANCES - BANQUES - STES DE FINANCEMENT   Ven 28 Jan 2011 - 19:13

BANQUES : Un total dépôts en comptes sur carnet de MAD 70 Md à fin novembre 2010

Fait : Statistiques du GPBM à fin novembre 2010, parues dans la presse.

Analyse : Selon la presse économique, le total des dépôts en compte sur carnet s’établit à fin novembre 2010 à MAD 70 Md, en accroissement de 9,4% comparativement au 31/12/2009. Par banque, trois opérateurs se partagent 64,5% du marché. Il s’agit d’ATTIJARIWAFA BANK, le GROUPE BANQUE POPULAIRE et la BMCE avec des parts de marché respectives de 23,9%, de 20,7% et de 20%.
Rappelons que pour dynamiser la collecte de ce type de dépôts, BANK AL MAGHRIB a procédé au relèvement du seuil maximum de placement à MAD 400 000 au lieu de MAD 300 000.

Conclusion : Dans un contexte d’assèchement des liquidités sur le marché reflété par une probable contraction des dépôts à vue, les banques semblent s’orienter davantage vers des dépôts rémunérés qui reste moins onéreux que les financements sur le marché interbancaire.

BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
Revenir en haut Aller en bas
DaRk-H

avatar

Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : ASSURANCES - BANQUES - STES DE FINANCEMENT   Mer 26 Jan 2011 - 9:06

GPBM : Détails des nouvelles mesures prises par les banques marocaines

Fait : Publication d’un communiqué de presse en date du 25/01/2011.

Analyse : Afin d’améliorer la qualité et l’accessibilité des services bancaires, le GROUPEMENT PROFESSIONNEL DES BANQUES MAROCAINES –GPBM- vient de prendre plusieurs mesures dont :

La proposition d’ouvrir des comptes à vue au profit de personnes ne disposant pas d’un compte bancaire et ce, sans dépôt initial. A ce titre, le titulaire de ce compte ne devrait supporter aucune charge pendant une durée minimum de six mois tant qu’il n’enregistre aucun mouvement à son crédit ;
La généralisation des formules de chèques barrés d’avance et non endossables (sauf au profit des établissements de crédit) aux clients assujettis à la taxe professionnelle et ce, à partir du 1er février 2011.

Conclusion : Ces mesures devraient permettre au système bancaire de développer la bancarisation de la population marocaine et de renforcer la sécurité des transactions par chèque.


BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
Revenir en haut Aller en bas
Pelican

avatar

Nbre méssages : 16462
Humeur : En construction
Réputation : 69
Inscris le : : 12/08/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : ASSURANCES - BANQUES - STES DE FINANCEMENT   Lun 27 Déc 2010 - 21:27

Banques: La rentabilité toujours au rendez-vous


· 69 milliards de DH de fonds propres en 2009

· Activité de marché, bancassurance et internationalisation, les relais de croissance


· Le cap des performances maintenu en Bourse


Mesurer
le degré de résistance du système bancaire face à la crise
internationale, sa réelle physionomie et ses relais de croissance au
Maroc et à l’étranger. Tels sont les principaux axes de réflexion d’une
étude sur les 5 dernières années menée par Attijari Intermédiation, la
filiale analyse et recherche d’Attijariwafa bank. C’est un check-up
complet de l’évolution du secteur bancaire sur les 5 dernières années
qui a été réalisé, dont le constat ne souffre d’aucune contestation. Le
secteur, qui connaît depuis quelques années «un fort développement, est
capable de résister aux différents chocs exogènes». Deux raisons à cela,
pour ATI, la faible exposition à l’international et la réglementation
rigoureuse du marché financier. A ce titre, l’étude rappelle le rôle de
Bank Al-Maghrib dans la régulation des besoins de liquidités du système
pour alléger les tensions sur le marché.
Par ailleurs, les banques,
en raison du renforcement de la demande intérieure, ont pu se
développer. Justement, leurs efforts ont porté notamment sur la
généralisation des processus de crédits à la consommation et
immobiliers, via le raccourcissement des délais d’octroi, la
simplification des procédures et le packaging des produits. Dans une
seconde phase, les acteurs du secteur ont augmenté la quotité de
financement (jusqu’à 120%) et fait un effort sur les prix, par le biais
d’une baisse de la marge et des frais annexes. En parallèle, le réseau
d’agences a été élargi, y compris Al-Barid Bank. Il a été porté à plus
de 5.200 guichets bancaires à fin 2009.
Au volet des fondamentaux,
«les banques affichent, globalement, des actifs de qualité et une assise
financière solide», précise l’étude. Ces indicateurs sont confortés par
notamment le poids des ressources non rémunérées qui culminent à 61,6%
des actifs bancaires entre 2006 et 2009. La qualité des fonds propres a
également été décisive. D’ailleurs, les banques ont fait un effort pour
rehausser leurs niveaux de fonds propres à près de 69 milliards de DH en
2009 via l’émission de dettes subordonnées ou encore d’augmentation de
capital. De plus, le marché s’est attelé à maintenir l’amélioration de
leurs indicateurs de risque/rendement, malgré la conjoncture peu
porteuse.

Fonds propres solides

Entre
2006 et 2009, les indicateurs financiers du secteur ont crû
significativement. Le PNB a enregistré une croissance moyenne de 10,4%
grâce à l’expansion de l’activité de crédit. La marge d’intérêt
constitue 76% des revenus du secteur. Le résultat des opérations de
marché, pour leur part, croissent au même rythme que l’évolution du PNB,
suite aux plus-values réalisées sur le portefeuille de trading des
banques (principalement le compartiment obligataire) ainsi que
l’activité de change. Au niveau du résultat d’exploitation et du
bénéfice net, leurs progressions moyennes s’élèvent à 10,3 et 11,5%.
«Ces évolutions sont les conséquences de l’amélioration du coefficient
d’exploitation et du coût du risque», est-il constaté dans l’étude. En
effet, le coefficient d’exploitation s’établit en moyenne à 47,7%, un
niveau largement inférieur à celui observé en Europe (entre 60% et 65%).
Pour ce qui est du coût du risque, il s’inscrit dans une tendance
baissière à une moyenne de 0,6% sur les trois dernières années, suite à
un niveau de défaillance jugé acceptable. Dans ces conditions, la
rentabilité financière moyenne du secteur est ressortie à 17% sur les 5
dernières années. Selon ATI, cette évolution s’explique par l’effet
positif de la restructuration du secteur.
Dans ce lot, trois banques
constituent le noyau dur du secteur. Et c’est sans surprise
Attijariwafa bank, Banque Populaire et BMCE. Ils accaparent plus de 60%
de l’activité de crédit et de dépôt à la clientèle et concentrent plus
de 60% des actifs bancaires et du réseau d’agences.
Dans le sillage
de la bonne forme financière du secteur, ces trois établissements ont,
globalement, amélioré leurs revenus d’activité, grâce à l’effet volume
ainsi que l’élargissement du périmètre de consolidation à d’autres
activités. Ainsi, les principaux relais de croissance du secteur,
suggère le département analyse et recherche d’Attijariwafa bank,
seraient les activités de marché, d’investissement et de bancassurance.
ATI estime que «le potentiel des activités de marché laisse présager une
évolution significative compte tenu du développement des marchés
financiers, l’ouverture à l’international des entreprises marocaines et
l’assouplissement de la réglementation des changes». Sur le volet de la
bancassurance, les banques liées aux compagnies d’assurances vont
pouvoir disposer d’une source de profit supplémentaire. Et pour cause,
le faible taux de pénétration de l’assurance vie, la croissance à deux
chiffres des crédits et le niveau modéré de bancarisation sont autant de
facteurs qui militent pour le développement de cette activité.
Autre
relais de croissance et non des moindres, l’ouverture vers l’Afrique.
L’étude d’ATI en donne d’ailleurs les principales raisons: la proximité
géographique et culturelle, le niveau de développement et le potentiel
de croissance des pays africains. «Cela constitue de solides atouts,
justifiant l’exportation des banques marocaines dans cette zone
géographique», fait savoir ATI. Et d’ajouter, «nous pensons que le
secteur bancaire est suffisamment capitalisé, dans sa globalité, pour
assurer une croissance soutenue de ses indicateurs d’activité dans les
années à venir». Toutefois, l’évolution à deux chiffres de l’activité de
crédit, le manque de liquidités et l’ouverture à l’international sont
consommateurs de cash. Cela oblige les groupes marocains à lever des
capitaux à court et moyen terme. Dans ce cadre, les règles prudentielles
de Bâle III vont intervenir pour obliger les banques à injecter des
fonds propres supplémentaires.


Prix élevés


Au
niveau de la Bourse, le secteur bancaire «reste un investissement de
choix pour les épargnants», de par son poids dans la capitalisation
(29,5%), ses volumes d’échange sur le marché (75,4 milliards de DH) et
le profil de risque de ses valeurs. Ainsi, l’indice bancaire a
surperformé le marché national (201,8% entre 2005 et 2008) ainsi que
l’indice Morgan Stanley pour les marchés émergents pendant les 5
dernières années. Cela justifie la prime par rapport aux marchés
étrangers. A noter que le secteur affiche le troisième multiple le plus
élevé du marché avec un PER de 26,9 fois. Et pour cause, «sa solidité
financière, sa faible exposition à l’international ainsi que ses niveaux
de rentabilité élevés par rapport à la région Mena légitiment les
niveaux de prix affichés».

_________________
IL n'y a pas pire qu'une position court-termiste qui se transforme en placement à long terme. Le PP mskine est comme le chat qui met son nez dans le lave vaisselle, parfois les zinzins leurs fourguent un coup de pied dans le derrière et appuient sur " lavage économique "...
Sécurité->Liquidité->Rendement
Revenir en haut Aller en bas
DaRk-H

avatar

Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : ASSURANCES - BANQUES - STES DE FINANCEMENT   Lun 27 Déc 2010 - 8:58

BANK AL MAGHRIB : Maintien du taux directeur à 3,25%

Fait : Tenue du Conseil de BANK AL MAGHRIB.

Analyse : A l’issue du Conseil de BANK AL MAGHRIB, les sages de la Banque Centrale auraient décidé de maintenir le taux directeur inchangé à 3,25%. Cette décision se justifie essentiellement par le maintien à un niveau honorable de la croissance des crédits et l’absence de tensions inflationnistes sur les prochains trimestres.
En effet, l’inflation sous jacente ne dépasse pas 1% tandis que les prévisions sur les six prochains trimestres (à l’horizon du 1er trimestre 2012) laissent ressortir une évolution de l’inflation autour de 2,2%.
Par ailleurs, et en termes de prévisions économiques, le régulateur bancaire table sur une croissance de près de 4% en 2010 tandis que l’évolution du secteur non agricole se stabiliserait autour de 5% au cours des prochains trimestres.

Conclusion : Le maintien du taux directeur reflète une nouvelle fois la prudence adoptée par BANK AL MAGHRIB afin d’éviter toute recrudescence des tensions inflationnistes dans un contexte de reprise plutôt molle chez les partenaires économiques européens et face à un pétrole et Dollar chers.

BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
Revenir en haut Aller en bas
DaRk-H

avatar

Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : ASSURANCES - BANQUES - STES DE FINANCEMENT   Sam 18 Déc 2010 - 21:21

DAR ASSAFA : Première banque islamique du Royaume

Fait : Obtention d’un agrément de banque islamique auprès de BANK AL MAGHRIB.

Analyse : Face à l’échec commercial des produits alternatifs, BANK AL MAGHRIB vient d’octroyer le premier agrément de banque islamique au profit de DAR ASSAFA. Créée en juillet 2010, cette filiale d’ATTIJARIWAFA BANK se transforme en une banque, lui conférant ainsi la possibilité de collecter des dépôts. Ces derniers devraient provenir essentiellement des bénéfices des filiales Halal de l’ONA (notamment SONASID et ATTIJARI FACTORING) ainsi que des apports d’un fonds islamique Bahreîni.
Côté services, DAR ASSAFA proposerait des carnets de chèque, des cartes de retrait et de paiement, des lettres de change mais pas de facilités de caisse ni de découverts.

Conclusion : La création d’une banque alternative devrait relancer la commercialisation de ce type de produits, jusque là pénalisé par (i) le caractère non-conforme à la Shariaa des ressources utilisées pour leur financement et (ii) le flou fiscal qui les entouraient avant 2010.

BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
Revenir en haut Aller en bas
DaRk-H

avatar

Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : ASSURANCES - BANQUES - STES DE FINANCEMENT   Mer 1 Déc 2010 - 9:30

INTER MUTUELLES ASSISTANCE / ATTIJARIWAFA BANK / WAFA ASSURANCE : Conclusion d’un accord pour la création d’une société marocaine d’assistance commune

Fait : Projet de création d’une nouvelle société d’assistance commune.

Analyse : Les Groupes INTER MUTUELLES ASSISTANCE et ATTIJARIWAFA BANK (à travers sa filiale WAFA ASSURANCE) viennent de conclure un accord portant sur le projet de création d’une société marocaine d’assistance commune. C’est dans cette optique qu’une demande d’agrément a été soumise à l’Administration de tutelle.
Notons que le Groupe ATTIJARIWAFA BANK se hisse au rang de 7ème banque du continent africain par le total bilan et est présent dans 22 pays avec un réseau de 1 874 agences.
Pour sa part, le Groupe INTER MUTUELLES ASSISTANCE a été créée en 1981 à l’initiative des mutuelles d’assurance la MAIF, la MACIF et la MATMUT et réalise actuellement 3 millions de prestations d’assistance par an dans 182 pays et ce à travers un réseau international de 55 000 prestataires. Cette opération devrait lui permettre de consolider sa stratégie de développement à l’international.

Conclusion : Ce partenariat devrait permettre au Groupe ATTIJARIWAFA BANK de consolider son positionnement dans le domaine de l’assurance et de l’assistance au Maroc, au service du marché national et des Marocains Résidant à l’Etranger.

BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Articles presse : ASSURANCES - BANQUES - STES DE FINANCEMENT   

Revenir en haut Aller en bas
 
Articles presse : ASSURANCES - BANQUES - STES DE FINANCEMENT
Revenir en haut 
Page 3 sur 23Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 13 ... 23  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Bourse Maroc :: Articles de presse المقالات الصحفية-
Sauter vers: