Forum Bourse Maroc

منتدى بورصة الدارالبيضاء
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  FAQFAQ  Règlement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Articles presse : IMMOBILIER - BATIMENT - MAT DE CONSTRUCTION

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
DaRk-H



Nbre méssages : 4861
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : IMMOBILIER - BATIMENT - MAT DE CONSTRUCTION   Mer 2 Fév - 19:40

BTP : Une valeur ajoutée estimée à MAD 50 Md en 2010

Fait : Publication des statistiques du Ministère de l’Habitat et de l’urbanisme.

Analyse : Au terme de l’année 2010, et selon les estimations du Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, la valeur ajoutée du secteur des BTP aurait atteint MAD 50 Md pour une Formation Brute du Capital Fixe –FBCF- de MAD 125,7 Md, soit 50% de la FBCF totale.
Pour sa part, la consommation de ciment clôture l’exercice 2010 sur une quasi-stagnation, s’établissant à 14,57 millions. Sur une base mensuelle, la consommation de ciments marque un bond de 31% comparativement au mois de novembre pour s’élever à 1,214 millions de tonnes.
Parallèlement, le nombre d’unités mises en chantier s’élargit en 2010 de 4% à 375 254, dont 211 500 unités sociales. De son côté, le nombre d’unités produites s’élève à 226 425 unités, dont 98 823 d’unités sociales.

Conclusion : Réel moteur de l’économie, le secteur des BTP affiche des réalisations honorables en 2010, profitant notamment du soutien étatique matérialisé par un budget d’investissement conséquent couplé au dynamisme de l’habitat social suite aux mesures incitatives contenues dans la Loi de Finances 2010.

BMCE Capital Bourse
Revenir en haut Aller en bas
DaRk-H



Nbre méssages : 4861
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : IMMOBILIER - BATIMENT - MAT DE CONSTRUCTION   Lun 27 Déc - 9:54

GROUPE SEFRIOUI : Diversification dans le béton et le granulats

Fait : Le Groupe SEFRIOUI crée une société de Béton et de Granulats.

Analyse : Après la mise en service de sa première cimenterie à Ben Ahmed, le Groupe SEFRIOUI vient de créer une société de Béton et de granulats. Dotée d’un capital de M MAD 9,5, BETONS ET GRANULATS DU MAROC a pour objet la production, la distribution, l’achat, l’import/export et la commercialisation du ciment, du béton et des granulats et de leurs produits dérivés et des matières y afférentes.
Les premiers administrateurs de cette société anonyme se présentent comme suit :

Mr Anas SEFRIOUI ;
Mme Mounia BENZAKRI ;
Mme Kenza SEFRIOUI ;
Mr Mohammed Khalid LAHLOU ;
Et, Mr ABID BOUAZZAOUI.

Conclusion : La création de cette société entre dans le cadre de l’intégration verticale de l’activité ciment du Groupe SEFRIOUI à l’instar des autres Groupes cimentiers présents au Maroc.


BMCE Capital Bourse
Revenir en haut Aller en bas
DaRk-H

avatar

Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : IMMOBILIER - BATIMENT - MAT DE CONSTRUCTION   Mar 21 Déc - 22:31

VENTE DE CIMENTS : Recul de 1,76% à 13,35 millions de tonnes à fin Novembre 2010

Fait : Publication des statistiques de vente de ciments à fin Novembre 2010.

Analyse : Au terme des onze premiers mois de l’année 2010, la consommation du ciment ressort en contraction par rapport à la même période en 2009, s’établissant à 13,35 millions tonnes.
Par région, les plus importantes baisses ont été relevées à Doukkala-Adba (-17,22%) Tanger-Tétouan (-10,92%), l’Oriental (-5%), Marrakech (-2,86%) et Casablanca (-2,63) Tanger-Tétouan (-7,65%) et Rabat (-4%). En revanche, Guelmim-ES-Smara, Oued- Eddahab-Lagouira et Agadir affichent des évolutions positives de 30%, de 17,83% et de 10,49% respectivement.
Pour le seul mois de Novembre, la demande enregistre une contraction de 22,71% à 857 430 tonnes.

Conclusion : Le repli des ventes de ciments trouve essentiellement son origine dans l’effet combiné d’Aid-Al-Adha et des intempéries enregistrées lors du mois de novembre.

BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
Revenir en haut Aller en bas
DaRk-H

avatar

Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : IMMOBILIER - BATIMENT - MAT DE CONSTRUCTION   Lun 29 Nov - 10:45

CIMENTS : Quasi-stagnation de la consommation à fin octobre 2010

Fait : Publication des statistiques de ciment.

Analyse : Au terme des dix premiers mois de l’année 2010, la consommation du ciment ressort en quasi-stagnation par rapport à la même période en 2009, s’établissant à 12 499 156 tonnes.
Pour le seul mois d’octobre, la demande enregistre une contraction de 3,41% à 1 445 824 tonnes.
Par région, les plus importantes baisses ont été relevées à Marrakech (-14%), l’Oriental (-11,24%), Tanger-Tétouan (-7,65%) et Rabat (-4%). En revanche, Casablanca et Agadir affichent des évolutions positives de 2% et de 14% respectivement.

Conclusion : Au regard de l’évolution de la consommation de ciment depuis le début de l’année et compte tenu de l’avènement de l’Aid Al Adha au mois de novembre ainsi que de la pluviométrie attendue au mois de décembre, le secteur cimentier pourrait clôturer 2010 sur une stagnation voire, une légère baisse de ses ventes.

BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
Revenir en haut Aller en bas
DaRk-H

avatar

Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : IMMOBILIER - BATIMENT - MAT DE CONSTRUCTION   Ven 5 Nov - 10:31

OCP : Probable création d’une filiale immobilière

Fait : Projet de construction d’une ville verte à Rhamna par le Groupe OCP.

Analyse : Selon la presse économique, l’OFFICE CHERIFIEN DES PHOSPHATES –OCPserait en train de créer une filiale immobilière baptisée « SOCIETE D’AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT VERT SA ».
Dotée d’un capital initial de M MAD 165, cette société serait en charge de l’aménagement d’un terrain de 450 ha appartenant au Groupe où devrait se situer la ville nouvelle verte de Rhamna.
Devant nécessiter une enveloppe d’investissement de MAD 4,7 Md, les travaux de construction du projet devraient s’étaler entre 2010 et 2022. En outre, ce projet devrait générer un chiffre d’affaires prévisionnel de MAD 5,1 Md.

Conclusion : La diversification de son activité, par l’intégration du segment immobilier, devrait permettre au Groupe OCP de poursuivre sa politique d’amélioration de son image en tant qu’entreprise socialement et économiquement responsable.

BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
Revenir en haut Aller en bas
DaRk-H

avatar

Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : IMMOBILIER - BATIMENT - MAT DE CONSTRUCTION   Mar 14 Sep - 10:34

CIMENTS : Quasi-stagnation des ventes à 10 061 374 tonnes à fin août 2010

Fait : Statistiques des ventes du mois d’août 2010.

Analyse : À l’issue des huit premiers mois de l’année en cours, les ventes nationales de ciments s’établissent à 10 061 374 tonnes, en quasi-stagnation comparativement à la même période une année auparavant.
En revanche, sur le seul mois d’août 2010, la consommation nationale de ciments accuse un repli de 9,63% à 1 113 230 tonnes en raison de la coïncidence de cette période avec le mois de Ramadan. Rappelons que durant le mois de septembre 2009, ayant également coïncidé avec le mois de Ramadan, les écoulements avaient enregistré un recul de 12,05% à 908 274 tonnes.
Par région et hormis le Sud et le Centre, l’ensemble des régions affiche un repli de la consommation durant le mois écoulé. Cependant, le Nord, le Sud Centre et l’Ouest enregistrent des baisses plus prononcées.

Conclusion : Le marché de ciments semble pâtir de la coïncidence du mois d’août avec l’avènement du Ramadan caractérisé par un ralentissement des travaux sur les chantiers. Une reprise devrait se produire dès la mi-septembre avant une nouvelle chute attendue à l’occasion de l’Aïd Al Adha.

BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
Revenir en haut Aller en bas
i love morocco
Modérateur
Modérateur


Nbre méssages : 1060
Humeur : cool
Réputation : 11
Inscris le : : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : IMMOBILIER - BATIMENT - MAT DE CONSTRUCTION   Jeu 9 Sep - 20:00

La Nouvelle Tribune : Le groupe Addoha vient de réussir deux opérations d’appel public à l’épargne, une émission obligataire et une augmentation de capital. Pouvez expliquer à nos lecteurs ce qu’il va devient avec de tels nouveaux moyens de 5 milliards de dirhams ?

M. Hassan Ben Bachir : Je voudrais d’abord rappeler que l’émission obligataire de 2 Mrds de dirhams est venue se substituer en grande partie à celle de 1,5 Mrd de dirhams opérée en 2009. La différence entre les 2 émissions tient à la durée de remboursement : 5 ans pour la dernière contre seulement 1 an pour celle de l’année précédente. Ce faisant, les capitaux permanents du Groupe ont été fortement consolidés. S’agissant de l’augmentation de capital de près de 3 Mrds de dirhams, elle permet au Groupe à la fois de consolider davantage sa structure financière et de disposer du cash nécessaire à un développement soutenu de ses activités, plus particulièrement dans le segment du logement social. Conforté par les dispositions de la Loi de Finances 2010 et le niveau sans précédent des performances commerciales qui en ont résulté, le Groupe nourrit à ce titre de grandes ambitions avec la réalisation projetée durant la période 2010 – 2015, de nombreux programmes totalisant 150 000 logements. Il est à noter également que nous comptons accélérer le rythme de production des logements commercialisés sous la marque Prestigia dont les ventes se déroulent à notre entière satisfaction.

A quoi ont été destinés les 500 millions de dirhams correspondant au reliquat de l’emprunt obligataire ?

Les 500 MDH ont permis au Groupe d’optimiser le coût de ses financements à travers le remboursement de dettes bancaires contractées à un taux supérieur à celui assortissant l’emprunt obligataire.

En ce qui concerne l’augmentation de capital, sa réussite relève du Président Anas Sefrioui, lequel en ne suivant pratiquement pas cette augmentation, a laissé la place aux institutionnels. Pouvez nous expliquer le pourquoi et le comment de ce volet de l’opération ?

L’opération d’augmentation de capital a été proposée au marché au prix très attractif de 95 DH par action, soit une décote de 16 à 20 % par rapport aux cours observés durant les 6 derniers mois. M. Sefrioui pouvait évidemment participer à cette opération proportionnellement à sa participation au capital d’Addoha. En décidant de renoncer à la quasi totalité de ses droits préférentiels de souscription (DPS), M. Sefrioui a voulu que le taux de satisfaction des souscriptions émanant des autres actionnaires - à titre réductible - soit le plus élevé possible. M. Sefrioui n’a pas cédé sur le marché ses DPS et a donc consenti à cette renonciation sans aucune contrepartie, préférant que la décote bénéficie en priorité aux autres actionnaires.

Le capital du groupe Addoha qui était détenu en grande majorité par M. Sefrioui, à hauteur de 61,74%, a-t-il été éclaté en faveur des institutionnels ? Si oui dans quelle proportion et au profit de qui ? Avez-vous renforcé vos partenariats à l’étranger ?

Post opération augmentation de capital, la participation de M. Sefrioui au capital d’Addoha est de plus de 56%. Elle continue par conséquent à se situer à un niveau très élevé. Je voudrais saisir cependant cette occasion pour affirmer que nous avons été très fiers du succès rencontré auprès de pratiquement l’ensemble des institutionnels de notre pays et des principaux gestionnaires de fonds. Leur participation à hauteur de 60% à l’augmentation de capital, soit environ 1,8 Mrd de dirhams, témoigne du niveau de confiance dont jouit le Groupe Addoha auprès de ces investisseurs. Quant aux étrangers, malgré un contexte international difficile, leur participation a représenté plus de 8% du montant global de l’opération.

Entretien réalisé par Afifa Dassouli
Revenir en haut Aller en bas
i love morocco
Modérateur
Modérateur


Nbre méssages : 1060
Humeur : cool
Réputation : 11
Inscris le : : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : IMMOBILIER - BATIMENT - MAT DE CONSTRUCTION   Jeu 9 Sep - 19:56

Les résultats de l’augmentation de capital ont montré que les porteurs d’actions dans la catégorie des minoritaires, laquelle était composée, (en nombre), pour un tiers d’institutionnels et de deux tiers de personnes physiques, ont tous souscrit à titre irréductible à hauteur de 39,5% de l’opération, à l’exception d’Anas Sefrioui qui n’a pas suivi. C’est là tout l’intérêt de cette augmentation de capital d’Addoha, issue d’une décision du président d’Addoha aussi mûrement réfléchie que sage. En effet, sa volonté était de procéder, à l’occasion de cette augmentation de capital, à un élargissement du tour de table d’Addoha en visant tout particulièrement les institutionnels. Et pour le deuxième tour de l’opération, qui se réalisait à titre réductible, M. Anas Sefrioui confirma sa détermination à faire de la place aux institutionnels dans son capital en n’exerçant pas les droits préférentiels de souscription naturellement concentrés entre ses mains. L’ouverture de son tour de table dépendant de cette décision, il s’est effacé au profit de tous les institutionnels désireux de se renforcer dans le capital du groupe Addoha. Mieux encore, alors que la valeur de chaque droit tournait autour d’1,50 dh et que la valeur totale de ses droits avoisinait les 330 millions de dirhams, le Président d’Addoha a procédé à leur abondement. En d’autres termes, M. Sefrioui a permis à tous les institutionnels de la place, OPCVM, compagnies d’assurances et caisses de retraite de souscrire à titre irréductible, sans détention de droits de souscription, à concurrence de ses propres droits et ce, gratuitement. L’explication de cette offre est simple. La valeur de souscription à l’augmentation de capital d’Addoha étant de 95 dirhams, l’acquisition de 9 droits de souscription pour souscrire une action au second tour l’augmentait de la valeur de ces derniers et pouvait paraître dissuasive à certains souscripteurs potentiels. Or, en ne faisant pas valoir ses droits et en renonçant à les vendre, M. Sefrioui faisait en sorte que la valeur de souscription à l’augmentation de capital d’Addoha à titre réductible restât la même, permettant ainsi aux institutionnels d’y trouver une opportunité intéressante. C’est ce que montre le tableau des ventilations des souscriptions que nous publions ci-contre. En effet, nombre d’institutionnels de renom de la place ont contribué à l’opération. Il s’agit dans l’ordre du FCP de la RMA qui a contribué à hauteur de 12,2% de l’augmentation de capital à plus de 360 millions de dirhams, du groupe CDG pour 360 Mdh en participant à travers le RCAR pour 180 mdh soit 6%, directement pour 140 Mdh et 4,18% et à travers un OPCVM action pour 60,33 Mdh et 2%. MAMDA-MCMA a poussé sa participation à 170,56 Mdh, la CIMR à 140 Mdh et Wafa Assurance à près de 70 millions de dirhams. Au total les principaux institutionnels marocains ont contribué à hauteur de 36,55% soit plus d’un milliard de dirhams à 1 093 758 750 dh. Autre conséquence de cette démarche, la position dans le capital du groupe Addoha de M. Anas Sefrioui, Président fondateur, a été diluée de 3% à 3,5% au profit des institutionnels qui se sont renforcés dans le tour de table de ce groupe immobilier. Pourtant, cette « institutionnalisation » du groupe Addoha n’est ni suffisante, ni satisfaisante. Et pour cause, la comparaison de la configuration du capital avant et après l’opération d’augmentation de capital montre qu’il n’y a pas eu de changements majeurs dans le tour de table en termes de position de l’actionnaire majoritaire qui de 61,75% a été dilué à 56,02% De plus, malgré que le flottant soit passé de 35% à 41%, les institutionnels marocains et étrangers n’apparaissent pas comme tels. En effet, la participation active des institutionnels marocains en nombre, (ils ont été 164 à souscrire), en proportion de l’opération (à hauteur de 54,7%) et en valeur (pour plus d’1,6 milliard de dirhams), ne leur a pas donné une place explicite dans le tour de table de la société cotée du fait qu’aucun d’entre eux n’a fait de déclaration de franchissement du premier seuil de 5% du capital exigée par la réglementation du CDVM. Idem pour les institutionnels étrangers qui ont été pas moins de 106 à participer à l’opération pour 261 millions de dirhams, soit 8,7% de l’opération, du simple fait de la faiblesse de leurs contributions individuelles. Certes, le nombre d’institutionnels et leur participation démontrent leur confiance dans Addoha, mais la société elle-même reste entre les mains d’un actionnaire personne physique très important. Les institutionnels, quelle que soit leur nationalité, resteront des investisseurs financiers et n’occuperont donc pas de poste d’administrateurs dans le conseil d’Addoha. Or la vraie institutionnalisation du groupe consisterait à bénéficier du regard et des conseils des investisseurs à long terme…

Afifa Dassouli

Un come back à Casa

Il faut rappeler qu’Addoha avait émis un emprunt obligataire sur 1 an d’1,5 milliard de dirhams sur deux années consécutives, lequel vient d’être remboursé intérêts inclus, par une émission obligataire de 2 milliards sur 5 ans à un taux d’intérêt de 4,69% pour 1,44 Mrd DH et de 5,18% pour le reliquat, soit 0, 56 Mrd DH et dont les institutionnels sont très friands du fait d’une rémunération intéressante. Par ailleurs, l’autofinancement par ses fonds propres ne permettait plus au groupe immobilier de financer son développement par acquisition de nouveaux terrains à bâtir. C’est ainsi qu’à Casablanca tout particulièrement, sa présence a stagné. L’augmentation de capital de presque 3 milliards de dirhams permettra donc de conforter les fonds propres d’Addoha, et tout particulièrement financer l’acquisition de foncier de 250 ha à 800 dirhams le m2 à Casablanca pour une valeur de 2 milliards. Cela offrira au groupe Addoha l’occasion de revenir en force à la fois dans la capitale économique et dans le logement social. Enfin, après l’augmentation de capital Addoha se retrouve avec des capitaux propres de 9,6 milliards de dirhams.
Revenir en haut Aller en bas
DaRk-H

avatar

Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : IMMOBILIER - BATIMENT - MAT DE CONSTRUCTION   Mar 24 Aoû - 17:09

@adil79 a écrit:
Immobilier

Grosse déprime dans le luxe

· L’effet ciseaux sur Marrakech

· Le moyen standing toujours cher à Casablanca et Rabat

· Le logement social a le vent en poupe


http://www.leconomiste.com/article.html?a=102343




_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
Revenir en haut Aller en bas
YAT



Nbre méssages : 1300
Humeur : Nachet Machet
Réputation : 37
Inscris le : : 20/12/2009

MessageSujet: Re: Articles presse : IMMOBILIER - BATIMENT - MAT DE CONSTRUCTION   Lun 23 Aoû - 14:27

Sefrioui épinglé par la justice Deux sociétés appartenant au patron d’Addoha impliquée dans une affaire d’"escroquerie et d’abus de confiance"
>Les faits remontent à l’année 2004 et concernent pas moins de 2000 copropriétaires.
>La justice s’est prononcée en faveur des plaignants
>Récit d’une affaire aux allures de scandale Par Youssef Boufous
L’affaire est passée presque inaperçue. Pourtant, il s’agit d’un feuilleton, dont les premiers épisodes ont commencé, il y a plus de six ans. Une affaire qui implique l’un des hommes d’affaires les plus en vue. Il s’agit du patron du puissant groupe immobilier Addoha, Anas Sefroui. En effet, deux de ses sociétés, « Douja Promotion » et « Euro Africaine de Trade -EAT- », avaient été accusées d’« arnaque et d’abus de confiance ». Rien que ça ! Mieux encore : Elles étaient condamnées par le tribunal de première instance de Casablanca, dont les jugements, définitifs, ont été confirmés en appel, pour charges retenues et avérées. Le tribunal s’est en effet prononcé en faveur de plus de 2000 plaignants, copropriétaires d’appartements économiques situés dans les résidences « Addoha 2 », « Al Abrar » et « Al Kaoutar », à Casablanca. Le groupe d’Anas Sefrioui devait ainsi restituer plus de 10 millions de DH pour ces familles. Le promoteur immobilier exécutera les jugements jusqu’en août 2009. Date à laquelle le groupe, soudainement, décidera de faire volte face, changera d'avocat et de stratégie de défense et cessera d’endommager les victimes, tel que prévu par les jugements prononcés. Et ce, jusqu'à l’écriture de ces lignes.
Plus de 2000 plaignants !
Les faits remontent à l’année 2004. Les sociétés « Euro Africaine de Trade -EAT- » et « Douja Promotion », respectivement détenue et dirigée par Anas Sefrioui, sont accusées par plus de 2000 familles d’« escroquerie et abus de confiance », selon les termes des plaintes déposées à l’époque. Ces familles avaient souscrit pour des contrats d’achat d’appartement, appartenant au groupe Addoha, dans le cadre du logement social. Mais avant de conclure la transaction immobilière, les bénéficiaires devaient verser la somme de 5000 DH (chacun) pour « réserver » leurs appartements (hors frais d’enregistrement et de conservation foncière). Une condition que le groupe Addoha exigeait à tout client à l’époque. Autre aberration : ces « frais de réservation » ont été réglés à « Euro Africaine de Trade », détenue personnellement par Anas Sefrioui au lieu de Douja véritable propriétaire des projets commercialisés. Cette pratique ne s’est pas limitée à ces clients, car, selon nos sources, même après l’introduction en bourse en 2006 d’Addoha, les « frais de réservation » ont continué à être versés à la société de Sefrioui au lieu de Douja Promotion qui comptait, désormais, d’autres actionnaires notamment le flottant en bourse. Les clients n’ont pourtant rien vu venir. Sauf qu’une fois le contrat conclu, les bénéficiaires ont été surpris de voir ces sommes considérées comme « frais de services » offerts par la société « Euro Africaine de Trade », et n’ont donc pas été comptabilisés dans le contrat d’achat. Surprise et stupéfaction chez les clients.
Ces derniers sentant « l’arnaque » décident alors de poursuivre « Euro Africaine de Trade » et « Douja Promotion » en justice. Une première plainte est ainsi déposée au tribunal de première instance de Casablanca, en 2004, par l'avocat des plaignants. « Mes clients n’ont reçu aucun service de la société EAT pour devoir le payer. Les 5000 DH ont tout simplement été subtilisés et nous exigeons leur restitution », indique l'avocat qui suit l’affaire depuis six ans. Pour lui, il s’agit ni plus ni moins d’une arnaque « grandeur échelle ». « Au début, nous avons immédiatement pris attache avec le groupe et avons exigé qu’on nous restitue les consignations. Mais en vain », explique-t-il. L'avocat a dû par la suite intenter une action devant la justice. L’argument des 2000 familles est simple : dans les contrats de vente dont ils disposent, la société EAT ne figure nulle part. C’est la société Douja promotion qui a signé les contrats dont disposent les acquéreurs. « Le groupe faisait partie des promoteurs du logement social à l’époque et il s’est engagé à les vendre à un prix fixé par l’Etat et connu de tous. Les montants perçus par EAT, qui ne figure pas dans les contrats, doivent être rendus aux familles », explique l’avocat des plaignants. Plusieurs autres copropriétaires des trois autres résidences ayant pris connaissance de cette initiative décident alors eux aussi de déposer des plaintes, qui ont atteint, par la suite, plus de 2000. Un peu plus tard, après examen des dossiers, le tribunal de première instance de Casablanca s’est prononcé en faveur des plaignants.
Douja refuse d’exécuter les jugements
Jusqu’en 2009, le même tribunal a prononcé des jugements (confirmés par la suite par la Cour d’appel) contre Douja Promotion et EAT (selon les dossiers de chacun des plaignants. Les reçus et/ou factures ayant été signés par Douja promotion ou EAT). De 2004 à 2008, le tribunal a ainsi prononcé des jugements, en faveur des copropriétaires, stipulant que Douja promotion et Euro Africaine Trade doivent restituer les sommes d’argents, considérées comme « consignations ». L’avocat des plaignants passera par la suite à l’exécution des jugements (ndlr : nous disposons des jugements de 1ère instance et de la Cour d’appel en plus des chèques de remboursement aux centaines de plaignants). Ainsi, durant plus d’une année, les deux sociétés d’Anas Sefrioui acceptent d’exécuter les jugements et procèdent à la restitution des montants des chèques perçus. Jusqu’en juillet 2009, on comptait à peu près 600 chèques restitués aux plaignants (d’un montant de 5.000 DH chacun). Sauf qu’à partir du mois d’août 2009, le promoteur immobilier fera volte face. Précisément la société EAT, qui décide alors de ne plus continuer les restitutions. Après vérification, il s’est avéré pour l'avocat des plaignants, le groupe Addoha s’est contenté de rembourser les chèques perçus par la société « Douja Promotion », et a refusé de faire de même concernant les jugements relatifs à la société « Euro Africaine de Trade ». Les jugements contre Douja Promotion, par contre, étaient exécutés. « Même en 2010, la société a continué à restituer les plaignants, en application des jugements du tribunal. Il s’agit d’une trentaine de jugements exécutoires », relève l’avocat.
Qui est derrière EAT ?
L’avocat des plaignants, constatant le refus avéré d’Anas Sefrioui de restituer les consignations, décida alors d’intenter une seconde action en justice. Un PV de refus d’exécution des jugements a été établi. « Normalement, une plainte que nous avons déposée dans ce sens devrait être examinée par le tribunal de première instance de Casablanca, et ce le 15 septembre 2010 », souligne-t-il. En constatant que EAT a cessé de restituer les consignations, l'avocat passe à une méthode plus musclées en engageant des saisies conservatrices des comptes de la société EAT, ainsi que de son modèle « J » (registre de commerce). Et ce pour le compte de tous les jugements en arrêt d’exécution.
Mais pourquoi le promoteur immobilier a-t-il décidé, tout d’un coup, de cesser les remboursements ? Durant un mois, nous n’avons pas cessé de poser cette question on ne peut plus simple au groupe Addoha. Une question restée sans réponse à l'heure où nous mettions sous presse. Officiellement, le groupe n’a pas souhaité commenter officiellement l’affaire. Nous avions pourtant été reçus par l’un des hauts responsables de l’entreprise, en présence de l’avocat du groupe, dans une rencontre informelle, mais aucune déclaration officielle n'a été formulée. Au cours de cet entretien (voir encadré), notre interlocuteur a néanmoins reconnu que la société EAT appartient à Anas Sefrioui. Mais motus et bouche cousue sur l’affaire des copropriétaires des résidences Al Abrar-Addoha2-Al Kaoutar. Après recoupement, on saura par la suite que le siège d’EAT est sis (actuellement la société n’en dispose plus, selon l'avocat des plaignants) au boulevard Hassan Soktani à Casablanca. « Pratiquement, toutes nos correspondances avec cette société, à travers le tribunal, revenaient sans accusé de réception, car il n’y a pas de siège », indique l'avocat. Selon nos sources, la société existe toujours, mais elle n’exerce pas d’activités commerciales.
Encadré
Circulez, il n’y a rien à voir !
Une telle affaire ne manquera pas de porter atteinte à l’image d’un grand groupe comme Addoha. Pour leur permettre de donner leur version des choses, nous avons établi un premier contact, officieux, avec les responsables du promoteur immobilier. Après avoir insisté, un des conseillers d’Anas Sefrioui a daigné nous recevoir, le 8 juillet dernier, pour répondre à nos questions. Mais pas question d’enregistrer l’entretien ou de prendre des notes ! Néanmoins, il faillait jouer le jeu et poser des questions pour en avoir les réponses. Des questions qui ont porté principalement sur les tenants et les aboutissants de l’affaire Al Abrar-Al Kaoutar-Addoha 2. Le responsable d’Addoha après avoir accuser l’avocat des plaignants de toutes les tares, n’a pourtant pas répondu à nos questions. Il s’est contenté de réponses évasives et n’a pas cesser de répéter que les «frais des réservations» étaient parfaitement légaux (alors que le tribunal de première instance et la Cour d’appel ont statué que ces frais étaient illégaux !). Résultats des courses : le groupe ne nous a pas fournis d’éléments concrets concernant cette affaire. S’en suit alors un échange de mails de relance (jusqu’à fin juillet) avec le responsable communication du groupe pour tenter d’avoir des réponses officielles. En vain.
Revenir en haut Aller en bas
DaRk-H

avatar

Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Re: Articles presse : IMMOBILIER - BATIMENT - MAT DE CONSTRUCTION   Ven 13 Aoû - 11:11

CIMENTS : Augmentation des ventes de 1,14% à 1,335 millions de tonnes à fin juillet 2010

Fait : Publication des statistiques des ventes de ciment.

Analyse : Au terme du mois de juillet 2010, les ventes de ciment augmente de 1,14% à 1 335 072 tonnes, portant le cumul de la consommation nationale à 8 948 144 tonnes depuis le début de l’année, soit une hausse de 1,11% par rapport à la même période un an auparavant.
Par région, le Grand Casablanca s’adjuge 15% des écoulements à 1 345 089 tonnes, suivi par Tanger-Tétouan et Marrakech-Tensift-Haouz avec des volumes respectifs de 1 041 239 tonnes (11,6%) et de 999 521 tonnes (11,2%).

Conclusion : Bonne tenue de l’activité au terme du mois de juillet. Toutefois, cette situation pourrait s’avérer provisoire à la veille du mois de Ramadan et des fêtes religieuses qui enregistrent généralement un ralentissement de l’activité.

BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
Revenir en haut Aller en bas
YAT



Nbre méssages : 1300
Humeur : Nachet Machet
Réputation : 37
Inscris le : : 20/12/2009

MessageSujet: Re: Articles presse : IMMOBILIER - BATIMENT - MAT DE CONSTRUCTION   Jeu 15 Juil - 13:13

Ciment - Les
objectifs revus à la baisse pour 2010



Les prévisions sont loin d'être positives pour les ventes de ciment à la fin de cette année. En effet, celles-ci devraient connaître un
fléchissement par rapport à J'année dernière. Dans le meilleur des cas, les volumes écoulés atteindront les niveaux réalisés en 2009. Au terme
du premier semestre, les ventes de ciment ont atteint près de 7,6 millions de tonnes écoulées, avec une légère hausse de 1,1 % par rapport à 2009
(près de 7,5 millions de tonnes vendues). Cependant, cette faible progression n'augure pas forcément d'une embellie. En effet, le secteur a
connu un début d'année difficile. Les ventes ont enregistré des baisses de 3,2 et 8,6% respectivement en janvier .et février 2010 par rapport à
la même période en 2009. Ces baisses sont essentiellement attribuées aux intempéries qui ont touché les différentes régions du pays. Toutefois,
une nette reprise a été enregistrée de mars à fin avril. La joie est de courte durée chez les opérateurs, puisqu'un tassement des ventes est
remarqué dès le mois de mai. A fin juin, les ventes de CPA 55 (ciment à très forte résistance.) ont augmenté de 80% passant à 708.141 tonnes
contre 389.640 tonnes pour la même période de l'année dernière. Cette hausse, inscrite dans un contexte de ralentissement, traduit le maintien
des chantiers d'infrastructures. Par zone géographique, les ventes de ciment ont enregistré de légères baisses dans la plupart des régions.
Les plus fortes diminutions ont touché le nord, le sud-centre et l'ouest.
Seule la région centre (Rabat, Salé, Fès, Meknès, Gharb...) a enregistré une légère évolution. La mobilisation du foncier, les équipements
socioéconomiques des nouvelles zones urbanisées, mais surtout les retards dans la mise en œuvre des programmes d'habitat social sont pointés du
doigt. En effet, les plans d'aménagement sont encore en cours d'élaboration. Ceux-ci n'auront d'effet sur les ventes qu'à partir de 2011.
(Source : L'Economiste)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Articles presse : IMMOBILIER - BATIMENT - MAT DE CONSTRUCTION   

Revenir en haut Aller en bas
 
Articles presse : IMMOBILIER - BATIMENT - MAT DE CONSTRUCTION
Revenir en haut 
Page 4 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Bourse Maroc :: Articles de presse المقالات الصحفية-
Sauter vers: