Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
DaRk-H
Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

TASLIF (TSF)

le Jeu 12 Nov 2009 - 0:48
Forum TASLIF
avatar
Admin
Admin
Admin
Nbre méssages : 2754
Réputation : 35
Inscris le : : 11/08/2008

Re: TASLIF (TSF)

le Ven 8 Jan 2010 - 17:48
TELECHARGEMENT

FLASH BMCE-CAPITAL Sur la valeur TASLIF


RECOMMANDATION : ACHETER


Lien pour visualiser le fichie r>>>> : Click to View
avatar
DaRk-H
Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

Re: TASLIF (TSF)

le Ven 12 Mar 2010 - 15:24
GROUPE TASLIF : Une fraude portant sur un montant de M MAD 100 sans impact significatif sur le résultat net 2009.

Fait : Tenue du Conseil d’Administration en date du 12 mars 2009.

Analyse : Selon le Management du Groupe TASLIF, la filiale SALAF, acquise en 2007 par TASLIF, a fait l’objet d’une action frauduleuse. En effet, une organisation d’escrocs, en complicité avec des agents internes de SALAF, ont permis l’accès à des crédits camion pour un montant total de près de M MAD 100.

Toutefois, la société SALAF est parvenue à récupérer l’ensemble des camions concernés par cette fraude. Par conséquent, le Management estime qu’il n’y aurait pas d’impact significatif sur le résultat 2009. A ce titre, un Conseil d’Administration a été convoqué pour le 15 mars 2010 en vue d’arrêter les comptes annuels 2009 eu égard à cet évènement post-clôture.

Conclusion : La société SALAF semble avoir démonté une action frauduleuse de taille qui aurait pu fortement impacter la rentabilité du Groupe en 2009.

BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
avatar
Admin
Admin
Admin
Nbre méssages : 2754
Réputation : 35
Inscris le : : 11/08/2008

Re: TASLIF (TSF)

le Lun 15 Mar 2010 - 17:50
Taslif: Escroquerie organisée
· Démantèlement d’un réseau avec ramifications en interne

·
Cotation suspendue en Bourse


· Le management rassure
quant à l’impact sur les résultats



Voilà une étrange
affaire avec plein de zones d’ombre. Les seuls faits avérés dans ce qui
s’apparente à une escroquerie (selon le terme employé par la société) à
Taslif, c’est qu’il y a un dossier en instructions judiciaires et pas
moins de 5 personnes, dont de hauts cadres de la société en détention
préventive depuis le 10 mars. Ces personnes sont impliquées dans une
affaire d’escroquerie pour à peu près 100 millions de DH (soit quatre
fois le bénéfice net réalisé en 2008).
Le réseau démantelé aurait
agi en falsifiant des documents officiels et également à travers de
vrais dossiers de crédit pour le financement de camions à travers
plusieurs niveaux de «sociétés» ad hoc clientes les unes des autres.
Pour
l’impact de ce détournement sur la santé financière de la société de
financement, un communiqué officiel sous couvert du CDVM, indique qu’il
n’est pas «sensible». Une enquête a aussi été effectuée en février par
la Banque centrale.
Ce communiqué diffusé suite à la tenue d’un
conseil d’administration extraordinaire le même jour (après que
l’information ait été publiée en exclusivité dans L’Economiste), indique
que «la société a récupéré au fur et à mesure l’ensemble des camions
concernés et que l’impact ne sera que peu significatif sur les résultats
2009». Le communiqué ne donne pas de montant pour l’escroquerie.
Taslif
étant cotée en Bourse, la valeur a été suspendue vendredi matin et le
management a rencontré le CDVM. A ce titre, la communauté financière
s’interroge: l’enquête de police a commencé il y a un mois. Mais il a
fallu attendre que l’affaire filtre dans nos colonnes pour qu’une
décision soit prise de suspendre le cours.
Cette affaire pourrait
connaître des rebondissements à l’issue du second conseil
d’administration prévu aujourd’hui pour «l’approbation des comptes eu
égard à cet évènement postclôture», comme l’indique le communiqué.

Un
appel mystérieux



L’Economiste
a reçu un appel téléphonique anonyme vendredi matin. L’interlocuteur,
qui semblait être une personne très initiée, a fait quelques révélations
difficiles à vérifier.
En effet, il prétendait que «les personnes
incriminées et mises en garde à vue ne sont que des boucs émissaires».
Selon lui, c’est à la direction générale d’endosser la responsabilité en
raison «de la nomination de personnes incompétentes à des postes de
responsabilités».

M. A. B.
avatar
DaRk-H
Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

Re: TASLIF (TSF)

le Mar 16 Mar 2010 - 11:34
TASLIF : Des agrégats financiers bien orientés

Fait : Résultats annuels 2009.

Analyse : Dans un contexte sectoriel peu favorable, TASLIF parvient à enregistrer des performances opérationnelles fort probantes, en dépit de l’opération d’escroquerie dont a fait l’objet sa filiale SALAF. Ainsi, les résultats annuels sociaux de TASLIF ont été marqués par les évolutions suivantes :

Un accroissement de 14% de l’encours brut à M MAD 811, grâce notamment à l’amélioration de 11% de la production à M MAD 438 ;
Une progression de 14,6% du PNB à M MAD 72, suite à l’appréciation de 19,5% des produits d’exploitation bancaire à M MAD 104 ;
Une augmentation de 26% du résultat avant impôt à M MAD 43. Retraité des dividendes remontés de SALAF, l’évolution serait de 12%. Signalons qu’aucune provision n’a été constituée sur les participations SALAF, les résultats sociaux de ce dernier étant positif en dépit de ‘escroquerie dont elle a fait l’objet ;
Et, un affermissement de 32% du résultat net à M MAD 33. Hors dividendes remontée, l’accroissement de la capacité bénéficiaire s’établirait à 13,3%.
En conséquence, le Conseil d’Administration devrait proposer à la prochaine AGO, la distribution d’un dividende unitaire de MAD 28, soit un rendement de 3,8% sur la base d’un cours de MAD 739 en date du 15/03/2010.

Pour sa part, et peu de temps après l’annonce de l’escroquerie dont elle a été victime, SALAF affiche les réalisations suivantes :

Un bond de 105,1% de l’encours de l’exercice à M MAD 1 122,4, intégrant une hausse de 120,3% de la production à M MAD 842,6 ;
Une Progression de 90,4% du PNB à M MAD 77,5 ;
Un taux de contentieux de 17,4% (vs. 1,9% en 2008) impacté par les créances en souffrance issues de l’escroquerie dont elle a fait l’objet ;
Un repli de 10,7% du résultat brut d’exploitation, intégrant une forte évolution des dotations aux provisions à M MAD 43 (dont M MAD 18 de provisions pour escroquerie), contre M MAD 3 une année auparavant ;
Et, un résultat net en contraction de 11% du résultat net de l’exercice à M MAD 14,6, dont M MAD 14,3 (soit MAD 17 par action) devrait être proposé pour distribution à titre de dividendes.

Conclusion : Capitalisant sur son dynamisme commercial, et bien que légèrement impacté par la récente escroquerie dont il a fait l’objet, le Groupe TASLIF clôture l’exercice 2009 sur des performances honorables.

BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
avatar
Admin
Admin
Admin
Nbre méssages : 2754
Réputation : 35
Inscris le : : 11/08/2008

Re: TASLIF (TSF)

le Sam 20 Mar 2010 - 11:13
Taslif : Une
fraude quasiment neutre ?!




* Malgré les mesures prudentielles préconisées par BAM et qui
insistent sur la mise en place de dispositifs de contrôle interne au
sein des sociétés de financement, Taslif vient de subir une
escroquerie.

* Dans ce cas de figure, des critères d’évaluation des performances
doivent être exploités pour identifier les évolutions anormales,
notamment en matière de recouvrement.

* L’absence d’impact sur les résultats telle que communiquée par le CA
de Taslif donne matière à réflexion.

Il y a à peine trois
années, les deux sociétés de crédit à la consommation Salaf et Taslif
ont entamé un processus de fusion pour donner naissance à une entité de
taille conforme à un marché de plus en plus concentré. La filiale du
crédit à la consommation du groupe Saham avait acquis 100% du capital de
sa consœur Salaf.

Le financement de l'acquisition de Salaf, qui a eu lieu en juillet 2007,
a été structuré en deux étapes. D'abord, par un apport provisoire en
comptes courants d'associés. Ensuite, par une augmentation de capital
venant en substitution aux comptes courants d'associés. Cette opération
stratégique avait pour but d’atteindre une part de marché de 5% et,
partant, d’assurer une meilleure présence sur le marché tout en
utilisant un meilleur levier pour renégocier des refinancements. Cette
fusion avait également pour dessein de compléter la gamme de produits de
Taslif par le crédit classique véhicules, notamment celui des camions,
offert par Salaf et présentant un faible niveau de risque en raison de
l’existence d’une garantie hypothécaire sur les véhicules.

Globalement, des effets de synergie sont recherchés à travers la
complémentarité des réseaux de distribution des deux sociétés, et ce
pour une meilleure extension régionale.



En dépit des mesures de prévention…

Dans le milieu des affaires, on parle d’un véritable scandale financier «
Une organisation d’escrocs, avec la complicité d’agents internes de
Salaf, profitant du passage au nouveau système d’information, ont permis
à des sociétés l’accès à des crédits camions, totalisant près de cent
millions de dirhams», apprend-on dans un communiqué de Taslif. Le
management de la société a pu détecter certaines anomalies, voire
remonter à l’origine du problème.

Les présumés complices dans cette affaire ont été traduits en justice.

A noter que la loi bancaire du

14 février 2006 a accru, de manière considérable, les pouvoirs de
décision et de contrôle de BAM, ainsi que les mesures prudentielles et
les règles de prévention de risques. Elle a introduit deux obligations
importantes pour les établissements de crédit : se doter d’un système de
contrôle interne approprié visant à identifier, mesurer et surveiller
l’ensemble des risques qu’ils encourent et à mettre en place des
dispositifs qui leur permettent de mesurer la rentabilité de leurs
opérations ; un devoir de vigilance concernant toute opération dont la
cause économique ou le caractère licite n’est pas apparent.

Leur insertion au sein même de la loi bancaire de 2006 et l’insistance
du législateur à les évoquer dans différents articles de cette loi,
montrent toute l’importance que les autorités leur accordent. Aussi, les
établissements de crédit n’observant pas les dispositions prudentielles
peuvent, en sus des sanctions disciplinaires, ou à leur place, se voir
interdire par BAM de distribuer des dividendes à leurs actionnaires ou
encore dans l’obligation de limiter cette distribution.

La question qui se pose d’emblée est que comment se fait-il qu’un tel
cas de fraude existe dans une société cotée en Bourse et dont les
comptes sont certifiés annuellement. Mieux encore, les comptes de la
société sont passés mensuellement au peigne fin par BAM.

Interrogé à cet effet, un responsable au sein de l’association
professionnelle des sociétés de financement, ne veut pas se prononcer
sur un sujet aussi sensible. Selon un auditeur qui souhaite garder
l’anonymat, «Les sociétés de financement sont soumises à un double
commissariat aux comptes au vu de la certification des comptes. Les
diligences effectuées en matière de révision des comptes dans le projet
de certification diffèrent de celles utilisées en matière de détection
des fraudes». Il s’empresse d’ajouter : «Seulement, la phase
d’évaluation du système de contrôle interne peut révéler l’existence
d’entorses aux règles de contrôle interne qui pourraient mettre en péril
le patrimoine de l’entité auditée. Il faut reconnaître qu’en présence
d’un réseau, la détection de la fraude s’avère très difficile».

Et donc on se demande dans ce cas de figure : quel sera le sort des
auditeurs internes ? « les entités de contrôle ont une obligation de
moyens et non une obligation de résultat. Il leur revient, par contre,
de prouver qu’elles ont satisfait à toutes les diligences requises en
matière de contrôle et de certification. Cependant, des critères
d’évaluation des performances doivent être exploités pour identifier les
évolutions anormales, notamment en matière de recouvrement ».

Les sociétés de financement en tant qu’établissements de crédit sont
soumises au contrôle sur pièce et sur place relevant des attributions de
la Banque centrale. Reste que les contrôles doivent suivre une cadence
régulière. Cette exigence est d’autant plus renforcée sachant que ces
entités font appel à l’épargne publique.

A en croire le communiqué publié par le Conseil d’administration mardi
dernier, les comptes n’ont pas été affectés par ce scandale. «Vu que
tous les camions ont été restitués et qu’une expertise est en cours pour
les évaluer, le Conseil estime qu’il n’y aura pas d’impact sensible sur
le résultat ». Les résultats communiqués à ce titre font montre que
l’année 2009 a enregistré une croissance de la production de 11%,
atteignant 438 MDH. Le résultat avant impôts a progressé de 26%,
atteignant 43 MDH.

Le CA confirme que les résultats sociaux de Salaf restent positifs, et
ce malgré l’escroquerie dont elle a été victime et qu’il n’y a même pas
lieu de constituer de provision à ce titre.

«Sur le plan comptable, il s’agit d’un événement postérieur à la
clôture. En d’autres termes, les faits sont révélés entre la date de
clôture des comptes et la date de la première publication. La norme
comptable veut que cet événement soit pris en ligne de compte au titre
de l’année 2009 s’il impacte de façon significative les résultats: le
patrimoine doit refléter la situation nette de Taslif. Dans le cas
contraire, une simple mention dans l’ETIC est suffisante pour informer
le lecteur des états de synthèse» explique notre auditeur.

Pourtant, cet acte n’est pas sans effet sur les résultats de l’exercice
2009. En effet, il a été révélé au titre de l’exercice 2009, et donc la
constitution de provision devait être opérée au titre du même exercice.
La récupération des camions étant un facteur pouvant atténuer le montant
des pertes. n



Soubha Es-siari
avatar
DaRk-H
Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

Re: TASLIF (TSF)

le Ven 7 Mai 2010 - 9:18
TASLIF : Des performances consolidées honorables

Fait : Résultats annuels consolidés 2009.

Analyse : Tirant profit de son dynamisme commercial, le Groupe TASLIF parvient à enregistrer des performances opérationnelles fort probantes, en dépit de l’opération d’escroquerie dont a fait l’objet sa filiale SALAF. Ainsi, les résultats annuels consolidés de TASLIF ont été marqués par les évolutions suivantes :

* Un accroissement de 56,6% de l’encours net à M MAD 1 871,1, grâce notamment à la forte performance de la société SALAF (+105,1% à M MAD 1 122,4) ;
* Une progression de 43,8% du PNB à M MAD 131,8, suite à l’appréciation de 44,9% de la marge d’intérêt à M MAD 122,9;
* Une augmentation limitée des charges générales d’exploitation de 2% à M MAD 39,1, améliorant le coefficient d’exploitation de 12,2 points à 29,7%. Dans ces condition, le RBE s’améliore de 62,5% à M MAD 92,7 ;
* Une progression de 4,6x de la charge de risque à M MAD 41,3. Cette forte évolution trouve son origine dans l’escroquerie dont a été victime SALAF, filiale du Groupe TASLIF. Rappelons que suite à cette opération, une dotation aux provisions de M MAD 18 a été constituée en vue de couvrir le risque encouru par la société ;
* Et, un affermissement de 9,6% du RNPG à M MAD 25,7.

Conclusion : Capitalisant sur son dynamisme commercial, et bien que légèrement impacté par la récente escroquerie dont a fait l’objet sa filiale, le Groupe TASLIF clôture l’exercice 2009 sur des performances honorables.

BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
avatar
DaRk-H
Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

Re: TASLIF (TSF)

le Mar 6 Juil 2010 - 9:34
TASLIF / SALAF : Fusion effective prévue pour septembre 2010

Fait : Convocation d’une AGE le 21 septembre 2010 pour la concrétisation de la fusion entre TASLIF et SALAF.

Analyse : Dans le cadre de la restructuration de ses activités, Le Conseil d’Administration de la société TASLIF vient de convoquer une Assemblée Générale Extraordinaire –AGE- afin d’autoriser la fusion entre TASLIF et sa filiale SALAF. Cette décision est motivée par :

* Des liens capitalistiques : TASLIF détenant 839 996 actions sur les 840 000 titres composant le capital de SALAF. Notons que TASLIF devrait d’ici à septembre 2010 porter sa participation à 100%, soit l’acquisition de 4 actions restante ;
* Des liens au niveau managérial ;
* Et, de la complémentarité entre les activités des deux sociétés.

Conclusion : La concrétisation de cette fusion devrait permettre au Groupe TASLIF de réduire ses coûts fixes de fonctionnement et d’optimiser l’utilisation des ressources humaines, financières et techniques.

BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
avatar
DaRk-H
Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

Re: TASLIF (TSF)

le Mer 22 Sep 2010 - 9:29
TASLIF : Un PNB de M MAD 42,8, en repli de 11,1% comparativement à fin juin 2009

Fait : Publication des résultats semestriels 2010.

Analyse : La société de crédit à la consommation TASLIF affiche un portefeuille de crédit de M MAD 789,4, en hausse de 5,5% comparativement au 31/12/2009.
Parallèlement, l’encours de financement s’étiole de 3,6% à M MAD 1 065,7 suite essentiellement à l’allègement de 7,2% à M MAD 648,3 des dettes envers les établissements de crédit accompagné d’une faible appréciation de 2,6% à M MAD 417,3 des titres de créances émis.
S’agissant de la rentabilité opérationnelle, le Produit Net Bancaire enregistre un repli de 11,1% à M MAD 42,8 plombé par la baisse de 92% à M MAD 0,7 de la marge sur commissions partiellement compensée par l’appréciation de 19,5% à M MAD 28,2 de la marge d’intérêt. De leur côté, les charges générales d’exploitation s’allègent de 3,8% à M MAD 11,9 fixant le coefficient d’exploitation à 27,9% contre 25,8% une année auparavant.
Les créances en souffrance augmentent, pour leur part, de 25,2% à M MAD 89,9 établissant le taux de contentieux à 10,5%, contre 8,9% au 31/12/2009. Dans ce contexte, les dotations nettes de provisions pour créances en souffrance se renforcent de 2,5x à près de M MAD 11 élargissant le stock de provisions de 18,5% à M MAD 70,1.
Dans ce sillage, la capacité bénéficiaire de la société diminue de 24,7% à M MAD 19,2.
Concernant les réalisations financières de la filiale SALAF, celles-ci se profilent comme suit :

* Un encours net de créances à la clientèle en baisse de 20% à M MAD 898,3 ;
* Un encours de financement en retrait de 13,3% à M MAD 804,9 quasi-exclusivement composé de dettes bancaires ;
* Un PNB de M MAD 22,4 en retrait de 27,3% consécutivement à la diminution de la marge d’intérêt ;
* Des charges générales d’exploitation en retrait de 40,4% à M MAD 5,1 fixant le coefficient d’exploitation à 23,2% vs. 28,6% au 30/06/2009 ;
* Des dotations nettes de reprises aux provisions pour créances en souffrance en hausse de 4,5x à M MAD 31,1. Cette situation s’explique par la dégradation de la qualité du portefeuille de la société affichant un taux de contentieux de 34,5% contre 16,3% au 31/12/2009 ;
* Il en résulte une baisse de 97,3% à M MAD 0,2 de la capacité bénéficiaire.

Conclusion : Les résultats semestriels de TASLIF/SALAF ressortent impactés par la montée des risques observée pour l’ensemble du secteur du crédit à la consommation obligeant les opérateurs à renforcer davantage leur provisionnement.

BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
avatar
DaRk-H
Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

Re: TASLIF (TSF)

le Mer 5 Jan 2011 - 11:00
TASLIF : Suspension de notre recommandation

Fait : Publication d’un profit warning.

Analyse : Pâtissant des retombées négatives de l’opération d’escroquerie dont a été victime SALAF en 2010, TASLIF devrait soumettre au prochain Conseil d’Administration des comptes comportant une dotation nette aux provisions pour créances en souffrance plus importante que prévue.

Bien que la justice ait rendu son verdict dans cette affaire en première instance en faveur de SALAF le 12/10/2010 et dans l’attente d’un jugement définitif, le Top Management de TASLIF informe le marché que le résultat net de la société ressortirait déficitaire en 2010.

Rappelons que juste avant la fusion effective entre les deux entités, SALAF avait fait l’objet d’une escroquerie portant sur le financement de l’achat de camions pour un montant total de M MAD 100.

Conclusion : En attendant la revue de nos prévisions, nous suspendons notre recommandation sur TASLIF.

BMCE Capital Bourse

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum