Forum Bourse Maroc

منتدى بورصة الدارالبيضاء
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  FAQFAQ  Règlement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Stationner sur un passage piéton....c'est con.

Aller en bas 
AuteurMessage
Pelican

avatar

Nbre méssages : 16526
Humeur : En construction
Réputation : 69
Inscris le : : 12/08/2008

MessageSujet: Stationner sur un passage piéton....c'est con.   Mer 25 Nov 2009 - 17:06

I e s passages-piétons
Une idée reçue qui a la vie dure

I e s passages-piétons
L'article R 412-37 stipule : les piétons sont tenus d'utiliser,
lorsqu'il en existe à moins de 50 m( mètres, les passages prévus à leur
intention"Cet article confisque expressément, au bénéfice exclusif
des véhicules la chaussée sur 50 m de chaque côté du passage piéton et
en interdit la traversée aux piétons. En conséquence, dans les rues à
trafic moyen ou faible trafic où la vie locale est prépondérante (rue
commerçante, rue résidentielle, quartier scolaire) c'est une ineptie de
mettre des passages piétons. En plus c'est un piège, car il est patent que
pour se rendre chez le voisin d'en face ou pour aller de la boucherie d'un côté,
à la boulangerie de l'autre côté, le piéton dans une telle rue n'ira pas
faire le détour jusqu'au carrefour où un passage piéton a été peint. Ce
piège a deux inconvénients majeurs: il habitue l'enfant à l'idée que
l'on peut transgresser une règle (c'est grave). Il rend le piéton
responsable en cas d'accident (indépendamment de la loi Badinter), et
l'accident serait classé sans suite.
Concernant les accidents et la sécurité sur les passages piétons:
environ 100 à 150 piétons sont tués tous les ans sur les passages piétons.
En conséquence, il ne faut jamais dire aux enfants" passage protégé"
ni employer ce terme. Il ne faut pas non plus penser ou espérer que
l'automobiliste respectera plus le piéton si l'on met un passage piéton:
c'est un leurre.
En général, I'automobiliste aura le réflexe de penser que le piéton
qui s'engage ferait mieux de traverser après que lui, automobiliste, sera
passé. Mais derrière lui, I'autre automobiliste pensera la même chose. Il
s'en suit ce constat étrange, que le piéton ne bénéficie en fait de sa
priorité de passage que lorsqu'il n'y a pas de voiture ! Inversement, si
dans ces rues à trafic moyen, ou faible, il n'y a aucun passage piéton,
cela se passe beaucoup mieux pour plusieurs raisons: L'automobiliste ne se
"lance" pas entre deux passages piétons et circule un peu moins
vite, il n'admoneste pas le piéton qui traverse hors passage, et ne force
pas le passage. Le piéton, quant à lui, se meut avec une vigilance
naturelle et constante. Il faut en effet se souvenir que la priorité du piéton
lors des traversées de chaussées est la même lorsqu'il traverse sur un
passage piéton, que lorsqu'il traverse dans les rues où il n'y a pas de
passage piéton. Le passage piéton ne rajoute aucune priorité au piéton
car il l'avait déjà avant qu'on mette le passage piéton: article 415-11:
".Tout conducteur est tenu de céder le
passage aux piétons régulièrement engagés dans la traversée d'une
chaussée"
-
Est-ce à dire qu'il ne faut pas de passages piétons ?
Non ils sont justifiés sur les grande artères. Sur ces voies
importantes, les passages piétons sont de préférence implantés aux
carrefours à feux tricolore. S'ils sont implantés "hors
carrefour", en section courante, il faut exiger un refuge central,
sinon on n'a rien gagné en sécurité (lorsqu'on implante un refuge,
veiller aussi à laisser quatre mètres au moins de chaque côté, pour la sécurité
des cyclistes).Si nous comparons avec les autres pays européens, il est étonnant
de constater qu'en France nous avons dix fois plus de passages piétons que
la plupart des autres pays où pourtant le piéton est beaucoup mieux
respecté.

Que dire de l'agent de police qui se
met au milieu du passage piéton pour"protéger" les enfants ?

Que ce n'est pas pédagogique, ni globalement sécuritaire.
En effet cela habitue les enfants à traverser sans vigilance: c'est donc négatif.
Cela habitue aussi les automobilistes à ne s'arrêter que s'ils voient
l'agent sur le passage piétons: c'est également négatif. Ce qui est
positif par contre, si on "dispose" d'un agent de police c'est de
lui conseiller de se positionner sur le trottoir pour siffler les voitures
qui ne "cèdent pas le passage au piéton" (art. 415-11) et qui de
temps en temps (pas trop souvent) fasse remarquer à un enfant qu'il
n'aurait pas dû courir en traversant, qu'il aurait du regarder constamment
des deux côtés pendant toute la traversée.


En conclusion
- ne demandez pas de passage piéton sur les rues
à faible ou moyen trafic.

- I'implantation d'un passage piéton non muni de
refuge central n'apporte aucune sécurité supplémentaire.

- n'enseignez jamais aux enfants: "ne traverse que sur les passages
piétons", mais enseignez quatre principes
- tu dois traverser sur les passages piétons, s'il en existe dans la rue
(on peut rajouter: a moins de 50 m).
- tu n'es jamais en totale sécurité sur un passage piéton.
- si la rue ne comporte pas de passages piétons, tu as le droit de
traverser, et tu as priorité dans le prolongement d'un trottoir.
- dans les deux cas (rue avec passages piétons ou rue sans passages piétons)
tu cours les mêmes dangers, et tu dois prendre les mêmes précautions : montre-toi,
puis traverse seulement si la voiture s'arrête vraiment, ne cours pas,
et tourne la tête des deux cotés pendant toute la traversée.


Jacques Robin, accidentologue (Pondération mai
2002)

_________________
IL n'y a pas pire qu'une position court-termiste qui se transforme en placement à long terme. Le PP mskine est comme le chat qui met son nez dans le lave vaisselle, parfois les zinzins leurs fourguent un coup de pied dans le derrière et appuient sur " lavage économique "...
Sécurité->Liquidité->Rendement
Revenir en haut Aller en bas
DaRk-H

avatar

Nbre méssages : 4861
Humeur : Thymique
Réputation : 36
Inscris le : : 17/10/2008

MessageSujet: Code de la route : La réforme est en route   Mer 6 Jan 2010 - 14:53

Code de la route : La réforme est en route

Après près d'une année de polémiques et de concertations, la réforme du code de la route aura finalement lieu. Lundi, la commission des Finances, de l'Equipement, du Plan et du Développement régional à la chambre des Conseillers a adopté le projet par 27 voix pour contre une abstention. En principe donc, notre nouveau code de la route entrera en vigueur le 1er octobre prochain.

Le projet de réforme du code de la route adopté en janvier 2009 par la Chambre des représentants et qui avait provoqué une grève des transporteurs routier de plusieurs jours en avril, va finalement voir le jour.

Lundi, la commission des Finances régionale à la chambre des Conseillers a, à son tour, adopté à la majorité, le projet.

Permis à points et maintien des peines de prison
Après plusieurs rounds de dialogues entre le gouvernement, les syndicats et les associations professionnelles, pas moins de 80 amendements ont été apportés au projet. Mais ce qu'il est important de retenir, c'est l'introduction des permis à points et le maintien des peines privatives de liberté. Les deux points sur lesquels syndicats et associations professionnelles étaient le plus réticents.

“Les amendements portent sur la durée de dépôt en fourrière, le retrait du permis de conduire, les infractions requérant un prélèvement sur le capital de points contenu dans le permis, les amendes forfaitaires classées en trois niveaux selon la gravité de l'infraction et le maintien des peines de prison.”
communiqué de la MAP

Un autre article portant sur l'entrée en vigueur du nouveau code fixée au 1er octobre prochain, devrait également y figurer.

Les responsables, le ministre du transport et de l'Equipement en tête, se disent satisfaits et se réjouissent qu'un consensus ait en fin de compte été trouvé.

“Je suis content du climat sérieux et responsable ayant prévalu lors du débat ainsi que du rôle administratif, juridique et politique joué par la commission car l'objectif était de parvenir à un consensus autour du projet.”
Karim Ghellab, ministre de l'équipement et du transport

Les conseillers ont pour leur part souligné la “nécessité de mettre en oeuvre les décisions de la commission, tout en adoptant des mesures parallèles dont la mise à niveau des infrastructures routières et de certains secteurs informels”. Ils ont aussi appelé à la “poursuite du dialogue avec les différents partenaires concernés en vue d'améliorer les conditions sociales des professionnels du transport”.

Côté syndicat, la satisfaction est plutôt tempérée car beaucoup d'entre eux attendent surtout de voir l'application sur le terrain.

“Certaines de nos propositions ont été prises en considération et d'autres sont restées en suspens. Mais les textes valent ce que valent leurs applications. Nous espérons donc que ces changements sont adaptés à la réalité marocaine. Dans le cas contraire, nous allons reprendre les revendications.”
Miloudi Moukharik, secrétaire national de l'Union Marocaine des Travailleurs (UMT).

Et toujours selon M. Moukharik, ces seules réformes ne suffisent pas. “Il faudrait que le gouvernement adopte des mesures d'accompagnement dont les plus importantes concernent la lutte contre notre mal social, à savoir la corruption et la garantie d'une protection sociale et médicale pour tous les transports routiers”, explique le syndicaliste.

Le challenge est donc de défendre les intérêts des conducteurs en général mais de préserver la vie de milliers de nos concitoyens dont plus de 4.000 ont laissé leur vie sur les routes nationales en 2008.

Auteur : Ana Lopes
Aufaitmaroc

_________________
www.bourse-maroc.org
--------------------------------
Accès au Portail - Règlement du Forum
Revenir en haut Aller en bas
Pelican

avatar

Nbre méssages : 16526
Humeur : En construction
Réputation : 69
Inscris le : : 12/08/2008

MessageSujet: Re: Stationner sur un passage piéton....c'est con.   Mer 6 Jan 2010 - 15:52

1.8 dhs le sticker
qté minimum 1000 piéces

_________________
IL n'y a pas pire qu'une position court-termiste qui se transforme en placement à long terme. Le PP mskine est comme le chat qui met son nez dans le lave vaisselle, parfois les zinzins leurs fourguent un coup de pied dans le derrière et appuient sur " lavage économique "...
Sécurité->Liquidité->Rendement
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin
avatar

Nbre méssages : 2813
Réputation : 36
Inscris le : : 11/08/2008

MessageSujet: Re: Stationner sur un passage piéton....c'est con.   Jeu 7 Jan 2010 - 16:52

Casablanca/Circulation

Pourquoi ça bloque toujours


· Le tunnel Roudani crée de nouveaux bouchons

· Le carrefour des Twin, station d’expérimentations


LA
circulation à Casablanca, c’est encore et toujours la galère. La
conduite c’est la colère. Le volant c’est l’enfer… Ce n’est pas une
poésie, mais l’air lancinant que les casablancais ont depuis dans la
tête depuis belle lurette. La saturation des artères de la métropole,
avec son lot de pollution, met la ville au bord de l’asphyxie. Les
problèmes de mobilité noircissent, en effet, le tableau de
l’attractivité de la capitale économique. Encore plus alarmant! Les
tentatives initiées par la ville pour résoudre le problème des bouchons
se révèlent vaines. Les responsables locaux ont opté pour
l’élargissement des boulevards et la construction de passages
souterrains. Soit.
Quatre trémies devaient voir le jour, histoire
de fluidifier le trafic dans les artères congestionnées. Il s’agit de
la place Dakar (rond-point Chimicolor), du croisement entre les
boulevards Bir Anzarane et Brahim Roudani, de l’intersection de
l’avenue Al Massira Al Khadra avec le boulevard Zerktouni (Twin Center)
et enfin du prolongement de l’avenue Abderrahim Bouabid vers le
quartier Bachkou (sous la voie ferrée). Aujourd’hui, le seul passage
qu’on a pu réaliser sous le boulevard Roudani (voir L’Economiste du
05/06/09) n’a rien apporté d’autre que de nouveaux problèmes. «Il a
allégé la circulation dans un point et l’a engorgée dans un autre»,
relève Rachid Haouch, architecte, paysagiste et urbaniste à Casablanca.
Et d’ajouter: «ce tunnel doit être accompagné par d’autres trémies plus
larges et plus longues à l’instar de celle de la grande mosquée».
Pour
le passage Roudani, l’on peut dire qu’il est «mal fini». Selon un
spécialiste de la circulation routière, «des barrières doivent être
mises en place à l’entrée et à la sortie du tunnel pour obliger les
piétons à emprunter les passages qui leur sont réservés». En effet,
depuis son ouverture à la circulation, la trémie a enregistré six
accidents mortels. Toujours et au chapitre des dysfonctionnements, «les
feux tricolores sont mal synchronisés. Un feu reliant la sortie du
tunnel au boulevard Zerktouni doit être absolument installé pour créer
une sorte de rupture aux automobilistes arrivant des autres artères à
grande vitesse», insiste l’expert. Par ailleurs, le chantier du
tramway, récemment lancé par la ville, commence déjà à perturber le
trafic. La plupart des automobilistes empruntent le boulevard Roudani à
cause des travaux de déviation des réseaux entamés début novembre sur
le boulevard Abdelmoumen.
Toutefois, avec le tramway, en attendant
l’hypothétique métro, autorités locales et élus parient plutôt sur les
modes de transport de masse pour fluidifier la circulation. Pour
rappel, dans le cadre du Plan de déplacement urbain (PDU), un réseau
global a été défini suite aux études de transports en commun en site
propre menées par le Conseil de la ville en 2007. A long terme, cette
politique prévoit quatre lignes de tramway (76 km), une ligne de Réseau
express routier (RER, 63 km) et une ligne de Bus rapide transit (que
l’on appelle métro, 21 km) en mode capacitaire. Le coût global de ce
réseau est estimé à 45 milliards de DH.
Une première ligne de
tramway de 30 km, reliant les principaux quartiers de la ville, vient
d’être lancée pour un investissement de 6,4 milliards de DH (voir
L’Economiste du 21/10/09).

Et le bouchon des Twin?


AU
niveau du carrefour des Twin Center, situé à l’intersection des avenues
Mohammed Zerktouni, Al Massira Al Khadra et la rue Moussa Ibn Noussair,
un autre bouchon reste sans solution. Après les fameuses études
initiées par le Conseil de la ville pour la mise en place de feux
intelligents, le carrefour en question s’est transformé en une
véritable «station d’expérimentations». Changements de direction et
interdictions entre autres (voir L’Economiste du 30/10/09). A ce jour,
aucune disposition n’a été adoptée. Selon les responsables de la ville,
le tourne-à-gauche vers la rue Moussa Ibn Noussair, autorisé aux
véhicules circulant sur le boulevard Al Massira Al Khadra ou Zerktouni
en direction du centre-ville, participe fortement à l’engorgement du
carrefour. Aujourd’hui, l’idée d’interdire ce mouvement est abandonnée
! Il faudra, donc, attendre une meilleure synchronisation des feux
tricolores.

Bouchra SABIB
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin
avatar

Nbre méssages : 2813
Réputation : 36
Inscris le : : 11/08/2008

MessageSujet: Re: Stationner sur un passage piéton....c'est con.   Ven 22 Jan 2010 - 16:27

Le nouveau code de la route :

Visualisiez ici : Click to View
Revenir en haut Aller en bas
Pelican

avatar

Nbre méssages : 16526
Humeur : En construction
Réputation : 69
Inscris le : : 12/08/2008

MessageSujet: Re: Stationner sur un passage piéton....c'est con.   Jeu 15 Avr 2010 - 17:58