Partagez
Aller en bas
avatar
abdel62
Rang Spécial
Rang Spécial
Nbre méssages : 1029
Humeur : Espoir
Réputation : 11
Inscris le : : 31/08/2009

Re: Articles presse: ENVIRONNEMENT - ENERGIE - AGRICULTURE

le Ven 10 Avr 2015 - 22:32

Energies renouvelables: les Américains lorgnent sur le Maroc



Grâce à ses projets ambitieux en matière d'énergie renouvelable, le Maroc attire de plus en plus l'attention des médias internationaux et surtout américains
Pour en savoir plus
Source : h24info.ma
avatar
abdel62
Rang Spécial
Rang Spécial
Nbre méssages : 1029
Humeur : Espoir
Réputation : 11
Inscris le : : 31/08/2009

Re: Articles presse: ENVIRONNEMENT - ENERGIE - AGRICULTURE

le Sam 14 Mar 2015 - 17:37
Les ambitions prometteuses du dixième SIAM
Libération [14/03/2015]
Accueillir un million de visiteurs semble être la gageure de la dixième édition du Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM) prévue, à l’accoutumée à Meknès, du 28 avril au 3 mai 2015. Ambition des plus réalisables puisqu’elle est boostée et par les prémices d’une bonne campagne agricole et par (...)

Lire l'article complet dans Libération
avatar
abdel62
Rang Spécial
Rang Spécial
Nbre méssages : 1029
Humeur : Espoir
Réputation : 11
Inscris le : : 31/08/2009

Re: Articles presse: ENVIRONNEMENT - ENERGIE - AGRICULTURE

le Ven 13 Mar 2015 - 22:27
La fièvre aphteuse à nos portes : le Maroc renforce la prévention

Suite à la réapparition de la fièvre aphteuse en Algérie voisine et face au risque éventuel d'introduction de cette maladie sur le territoire national, le Maroc renforce ses mesures préventives.



C’est ce qu’affirme l'Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA), jeudi 12 mars.


Ainsi plusieurs dispositions préventives ont été prises pour protéger le cheptel national contre cette maladie.  

Il est question du renforcement de la vigilance au niveau national, notamment au niveau des zones frontalières, l'interdiction de l'importation d'animaux, de produits animaux et d'origine animale et des aliments pour animaux à partir de ce pays.


Ces mesures portent également sur l'information des autorités locales des provinces limitrophes pour renforcer le contrôle aux frontières des introductions illicites d'animaux et de leurs produits et l'accélération de l'exécution de la campagne de rappel de la vaccination du cheptel bovin national contre la fièvre aphteuse qui a débuté le 16 février 2015.


Par ailleurs, l'ONSSA tient à rassurer l’opinons publique marocain assurant qu'à ce jour, et suite à la déclaration récente de la fièvre aphteuse en Algérie le 10 mars 2015, aucun cas de la fièvre aphteuse n'a été détecté sur le territoire national.

Source  :  Aujourdhui.ma | 13-03-2015
avatar
abdel62
Rang Spécial
Rang Spécial
Nbre méssages : 1029
Humeur : Espoir
Réputation : 11
Inscris le : : 31/08/2009

Re: Articles presse: ENVIRONNEMENT - ENERGIE - AGRICULTURE

le Ven 13 Mar 2015 - 19:39
Meknès abrite le 4ème Forum international de l’huile d’olive


Le Forum international de l’huile d’olive tiendra sa 4ème édition le 6 avril prochain à Meknès sous le thème «Compétitivité et commercialisation de l’huile d’olive: expériences méditerranéennes».

Organisées par l'Agro-pôle Olivier ENA Meknès, ces assises se veulent une plateforme d’échange de savoir et de savoir-faire en matière d’oléiculture en passant en revue les expériences méditerranéennes en matière d'organisation de la profession oléicole, en particulier l'organisation et le fonctionnement des coopératives oléicoles et de l'interprofession, indique un communiqué parvenu à Le360.

Le thème retenu pour cette édition cadre avec l’une des principales préoccupations de la filière oléicole marocaine, à savoir la compétitivité et la commercialisation de l’huile d’olive. L'organisation professionnelle oléicole est devenue un chantier prioritaire pour une meilleure compétitivité de l'huile d'olive marocaine , aussi bien sur le marché local qu'international. Les enjeux actuels pour une oléiculture rentable et de qualité exigent que les efforts des producteurs et des opérateurs du secteur oléicole doivent aussi porter sur l'organisation professionnelle , aussi bien en amont qu'en aval de la filière.

Le Forum connaitra la participation d’éminents experts et opérateurs de la filière oléicole marocaine et méditerranéenne, et fera le point sur les expériences espagnole, italienne, tunisienne et marocaine en matière de commercialisation de l’huile d’olive. La culture de l’olivier au Maroc, qui constitue une tradition multiséculaire, a enregistré durant les cinq dernières années, une ascension fulgurante. La superficie dédiée à l’olivier dans le royaume est passée de 763.000 hectares en 2007-2008, à un million d’hectares en 2012-2013, et la production de la filière oléicole est passée de 850.000 tonnes en 2008/2009, à 1,5 million de tonnes en 2013/2014.

Parallèlement à cette croissance, le Maroc n’a pas ménagé ses efforts pour améliorer les conditions de production de l’huile d’olive afin de la hisser aux standards internationaux de qualité. L’huile d’olive marocaine, réputée pour sa qualité gustative et son faible taux d’acidité, a remporté ces dernières années, de nombreux prix internationaux.

Source : le360.ma
avatar
abdel62
Rang Spécial
Rang Spécial
Nbre méssages : 1029
Humeur : Espoir
Réputation : 11
Inscris le : : 31/08/2009

Re: Articles presse: ENVIRONNEMENT - ENERGIE - AGRICULTURE

le Ven 4 Avr 2014 - 19:25
• SIAM: 1.200 exposants de 52 pays
Selon Jaouad Chami, commissaire du Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM), «1.200 exposants de 52 pays ont confirmé leur participation à la 9e édition qui se déroulera du 24 avril au 3 mai». La plus grande vitrine agricole du Royaume s’étalera cette année sur une superficie de 170.000 m² (dont 100.000 m² couverts). Enfin, oubliez les problèmes de stationnement pour les professionnels! Ces derniers ont désormais une entrée particulière et un parking de 10 ha (pour 10.000 voitures), aménagé au pied du salon. Autre nouveauté, le SIAM reçoit 300 coopératives dont une cinquantaine d’exportatrices. «Celles-ci sont appelées à transférer leur savoir-faire aux plus petites lors des conférences débats», indique Chami. Y.S.A.

Sourse : L’économiste du 04/04/2014
avatar
abdel62
Rang Spécial
Rang Spécial
Nbre méssages : 1029
Humeur : Espoir
Réputation : 11
Inscris le : : 31/08/2009

Re: Articles presse: ENVIRONNEMENT - ENERGIE - AGRICULTURE

le Mar 1 Avr 2014 - 22:32
Réchauffement: Le Giec signe son rapport le plus alarmiste depuis 2007

Les impacts du changement climatique sont déjà là, parmi nous, et ne vont que s'aggraver si rien n'est fait rapidement, a averti lundi le Giec dans son dernier rapport rendu public à Yokohama (Japon), le plus alarmiste depuis 2007.
Pour en savoir plus

Source : MEDIAS24
avatar
abdel62
Rang Spécial
Rang Spécial
Nbre méssages : 1029
Humeur : Espoir
Réputation : 11
Inscris le : : 31/08/2009

Re: Articles presse: ENVIRONNEMENT - ENERGIE - AGRICULTURE

le Lun 31 Mar 2014 - 17:03
Ressources en eau
Le CESE pointe du doigt la gouvernance institutionnelle

Repères
    • Mobilisation des ressources en eau :
    • 130 grands barrages : capacité totale de 17,5 milliards de m3.
    • Des milliers de forages et de puits.
    • Plus d’une dizaine de systèmes de transfert d’eau.
    • Eau potable
    • Taux de desserte urbain : 94%.
    • Taux de desserte rural : 92%.
    • Assainissement
    • Taux de raccordement global : 72%.
Pour en savoir plus
Source : Le Matin

Le CESE dresse un tableau sombre sur la gestion de l’eau au Maroc: Dangers sur la ressource
Le CESE a de nouveau utilisé la rapière pour dire de grands problèmes tels que celui de l’eau dans un contexte de changement climatique induisant un stress hydrique croissant et la complexité des politiques publiques.
Pour en savoir plus
Source : MEDIAS24


Dernière édition par abdel62 le Mar 1 Avr 2014 - 22:39, édité 1 fois
avatar
abdel62
Rang Spécial
Rang Spécial
Nbre méssages : 1029
Humeur : Espoir
Réputation : 11
Inscris le : : 31/08/2009

Re: Articles presse: ENVIRONNEMENT - ENERGIE - AGRICULTURE

le Dim 30 Mar 2014 - 21:10
Agriculture : Le SIAM gagne en maturité
Après neuf ans d’existence, le Salon international de l’agriculture de Meknès a acquis une singularité faisant de lui la première destination du Maroc agricole.
Pour en savoir plus : http://www.aujourdhui.ma/maroc/economie/agriculture-le-siam-gagne-en-maturite--108105

L’huile d’olive marocaine à la conquête de l’Italie
Le pavillon marocain est réalisé selon un concept moderne et authentique reflétant l’image et l’accueil comme il est perpétué au Maroc depuis des siècles.
Pour en savoir plus : http://www.aujourdhui.ma/maroc/economie/l-huile-d-olive-marocaine-a-la-conquete-de-l-italie-108752

Gestion des eaux souterraines: Les contrats de nappe, un outil pour préserver les ressources en eau
Un contrat de nappe est avant tout un dialogue multi-acteurs permettant de partager un diagnostic, les enjeux, les défis, les solutions envisageables et surtout permettant d’obtenir des engagements des partenaires pour un intérêt.
Pour en savoir plus :http://www.aujourdhui.ma/maroc/economie/gestion-des-eaux-souterraines-les-contrats-de-nappe-un-outil-pour-preserver-les-ressources-en-eau-108775

Source : Aujourd'hui le Maroc
avatar
abdel62
Rang Spécial
Rang Spécial
Nbre méssages : 1029
Humeur : Espoir
Réputation : 11
Inscris le : : 31/08/2009

Re: Articles presse: ENVIRONNEMENT - ENERGIE - AGRICULTURE

le Dim 30 Mar 2014 - 20:47
Maroc : les exportations de tomates vers l’UE ont explosé en moins de dix ans


Les exportations de tomates du Maroc en direction de l’Europe ont  enregistré une hausse de 123 % en moins de 10 ans. Le royaume, qui avait exporté 163 millions de kilogrammes de tomates vers l’Union européenne (UE) en 2004 en a exporté vers ce marché 365,62 millions kilogrammes au cours de la saison précédente. Sur cette période, le prix du fruit a enregistré une légère hausse en passant de 0,73 euros à 0,77 euros le kilogramme.

Les performances de la production marocaine s’expliquent entre autres par le coût de la main d’œuvre, puisque le travail de ferme, payé autour de 5 euros de l’heure en Europe en 2013, ne coûte que 0,65 € par heure au Maroc, selon les statistiques du ministère de l'Emploi  et du travail agricole du royaume.

En vertu de l'accord euro-méditerranéen, du 26 janvier 2000 qui contingente les exportations de tomates marocaines vers l’Europe, le volume de ces exportations pourrait cependant  baisser cette année puisque seulement 269 millions de kilos  de tomates marocaines devraient entrer en Europe.

Source : Agence Ecofin
avatar
abdel62
Rang Spécial
Rang Spécial
Nbre méssages : 1029
Humeur : Espoir
Réputation : 11
Inscris le : : 31/08/2009

Re: Articles presse: ENVIRONNEMENT - ENERGIE - AGRICULTURE

le Ven 28 Mar 2014 - 20:45
Les cigognes ne font plus le printemps


Selon plusieurs observateurs marocains, le pourcentage de cigognes blanches qui venaient nicher au Maroc a baissé de 63% en quelques décennies. Un indicateur majeur des changements climatiques qui ont touché le territoire marocain.

L’image d’Épinal des deux cigognes qui portent un bébé dans ses langes n’est pas prête de quitter l’imaginaire des enfants marocains. Il y aura toujours des cigognes nichées sur les hauteurs, au pic des minarets, sur les poteaux électrique, les pylônes haute tension et d’autres endroits en hauteur, égayant l’atmosphère de leurs coups de bec aux sonorités bien spécifiques. On verra toujours des cigognes, mais de moins en moins. Car les chiffres avancés par l’association marocaine de défense des cigognes Aprocib, présidée par Abderrahmane Chemlali, sont alarmants. Plus de 63% de ces échassiers ne viennent plus sur le sol marocain. Une baisse notée entre 1973 et 2005 et dont les tendances se confirment davantage ces dix dernières années. En cause selon l’association, les changements climatiques, mais aussi le braconnage. Les spécialistes avancent aussi la thèse des dépotoirs à ciel ouvert où pullulent les sacs en plastique qui, une fois ingérés par les cigognes, les étouffent et elles en meurent. A la lumière de ces nouvelles donnes, les cigognes qui venaient d’Espagne pour nicher en Mauritanie ou au Sénégal avec de longues escales au Maroc, deviennent de plus en plus rares.

Décharges publiques
Les réalités du terrain sont simples: le Maroc est un pays sec. La nappe phréatique, comme on le sait, s’appauvrit d’année en année. La désertification gagne du terrain et une large partie du territoire marocain est désertique. Les cigognes se rabattent sur les décharges publiques et mangent ce qu’elles trouvent. Impossible pour elles, comme l’avancent les responsables de l’association de défense des cigognes, de pourvoir aux besoin de leurs petits qui s’élèvent à plus de 140 kilos de viande. Ceci pour les 70 premiers jours après la naissance des cigogneaux. Inutile de préciser que c’est là une quantité impossible à amasser et que les charognes ne courent pas les poubelles. Restent donc les détritus, les nourritures décomposées des décharges. Et là les risques sont importants pour les échassiers. Il faut aussi parler de cette légende urbaine qui voudrait que la viande des cigognes soit un bon remède contre le diabète. Plusieurs braconniers se sont spécialisés dans ce créneau en piégeant des cigognes et vendant leur chair à des prix assez importants. Certains avancent le chiffre de 200 dhs le kilo. Il faut dire que la légende court et que les malades sont prêts à débourser pourvu que cela marche.

Mythes et légendes
Pourtant au Maroc, la cigogne est un oiseau très aimé. Il est aussi protégé et presque sacré. Comme dans de nombreux pays africains, la cigogne est un oiseau porte-bonheur. La légende populaire nous apprend que la cigogne serait un imam. C’est aussi un saint homme qui serait habillé de deux burnous, en noir et blanc et qu’il veille sur les gens et les protège. Le mythe nous dit que ce saint homme a un jour manqué d’eau pour ses ablutions. Il a alors eu recours au petit lait pour se laver et faire sa prière. Mais le petit lait est béni dans cette région du Sahara marocain. Il est aussi rare et c’est un péché de le consommer de cette manière. Le saint homme est alors métamorphosé en oiseau. Et il est expédié au Maroc pour trouver la rédemption. Certains voient dans le fait que les cigognes nichent sur les minarets des mosquées un signe de piété et de sacralité. Mais aussi bien les mythes et les légendes ne peuvent rien face aux changements climatiques. Les cigognes sont touchées de plein fouet par la montée des chaleurs, la sécheresse et le manque d’eau. Et quand l’homme s’en mêle, c’est généralement mauvais signe.
Source : Maroc Hebdo International
Contenu sponsorisé

Re: Articles presse: ENVIRONNEMENT - ENERGIE - AGRICULTURE

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum